01/05/2010

LES JEUX DANGEREUX DES COURS DE RECREATION

 colombe.jpg

Des jeux violents menacent la sécurité des élèves dans les cours de récréation.

Inacceptable ! L’Ecole est protectrice.

Il faudrait davantage de moyens pour surveiller, dit-on ! Peut-être.

A la condition première que l’imagination responsable ait, d’abord, rentabilisé les moyens existants. Par exemple :

-Le décalage horaire des déjeuners des personnels de direction.

Les Directeurs d’Ecole (déchargés de classe),  les Principaux de Collège, responsables de la sécurité interne des établissements partent-ils déjeuner après l’interclasse de midi, moment où tous les élèves demi-pensionnaires sont présents dans les lieux, c’est-à-dire vers 13H30, afin qu’ils puissent « faire des rondes de sécurité » dans l’établissement , aux bons moments ? En général, le calme parfait régnant entre 13H30 et 14H30, tous les cours ayant repris, ils peuvent alors s’absenter. Ce décalage concerne aussi les Principaux Adjoints, les Gestionnaires, les Documentalistes, certains membres du Personnel de service (volontaires pour des tâches éducatives à l’intérieur de leurs horaires de travail).

-Un slogan simple, partagé.

Y a-t-il eu, lors des réunions de prérentrée, rassemblant tous les acteurs de la communauté éducative, une discussion collective sur l’instauration de règles comportementales communes ? Un slogan simple, partagé, par exemple, « On ne se bat pas à l’école, même pour jouer », remplacera efficacement toutes les théories discutables : « Les batailles entre garçons sont normales », «  Untel t’a battu, mais c’est vilain de rapporter »…

- Une zone précise de surveillance pour chaque acteur.

Les surveillants, en collège par exemple, savent-ils, à chaque moment de la journée, de quelle zone précise ils sont responsables ? Ce qui suppose un partage en zones du plan de la surface à surveiller. Ils sont, en effet, plusieurs à chaque moment et cela évite qu’ils ne se retrouvent tous groupés .La surveillance des WC fera l’objet d’une vigilance particulière.

-Des prêts de jeux.

Les élèves peuvent-ils emprunter des jeux pendant les interclasses ? En hiver surtout, ces jeux sont convoités : jeux de cartes, de dames, scrabble, autres jeux de société,  puzzles, livres, jeux électroniques sur les ordinateurs du CDI ou de la bibliothèque …Ce qui suppose que les lieux d’accueil soient adaptés, ce n’est pas encore le cas partout.

Une liste des jeux au sol, possibles et sûrs, est-elle affichée dans l’espace collectif, enrichie par les propositions, contrôlées,  des élèves ? De  grands élèves de 3ème acceptent toujours de former et d’informer les plus jeunes. Cette liste des emprunts possibles précède la liste des jeux interdits, dangereux.

-Un référent, situé, pour gérer les conflits.

Quand ils sont en difficulté, lors des récréations, les élèves s’adressent aux surveillants, il doit être toujours possible de les orienter vers un petit groupe de permanents à la composition variable (délégués des élèves, grands élèves, personnels ATOS, professeur volontaire), afin que l’apaisement naisse de la discussion.

Est-ce tout ? Non.

Il faut prévenir et parfois sanctionner, sans exclure cependant de la scolarité obligatoire.

Le Ministère relève par enquête informatique les actes de violence internes aux établissements scolaires, sans doute pourrait-il aussi « faire remonter » puis « redescendre » les mesures adoptées par ces mêmes établissements, pour y remédier et les diffuser ensuite largement afin que l’imagination efficace des uns soit partagée par tous.

-           

 

 

 

 

11:29 Publié dans EDUCATION | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeux dangereux, école protectrice, paix, cour de récréation | | |  Facebook

Écrire un commentaire