Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2010

CRACKING ART ET PRECARITE

JUIN 2010. PUTEAUX.                      

L'épicerie sociale.art et épicerie.jpg                                                        

     art et épicerie 003.jpg                                                            

 

 

 

 

        

 

art et épicerie 002.jpg

MENTION TRES BIEN.

 La ville de Puteaux a ouvert son épicerie sociale, le 3 juin, rue Gerhard. Ce lieu d’approvisionnement  en produits alimentaires et d’hygiène, local rénové et sobre , accueillera une demi- journée par semaine, le jeudi de 9H à 12 H , les personnes en difficulté, accréditées par un travailleur social, après un entretien sur dossier. Les « demandeurs » se présenteront d’abord au CCAS, créateur de l’épicerie en partenariat avec la Croix- Rouge, au Service Social de la rue Blanche ou au responsable d’une association caritative, après avoir pris un rendez-vous (Informations reçues du Service Social). Pour avoir accès à l’épicerie sociale, il faut être domicilié à Puteaux depuis 5 ans.

 [Centre Communal d’Action Sociale : téléphone 01 46 92 93 10.

 Service Social, 34 Rue Auguste Blanche: téléphone 01 41 38 30 10.]

            Ultérieurement, une ouverture en soirée pourrait être organisée afin d’accueillir les personnes qui travaillent. Provisoirement donc, ces bénéficiaires s’y feront représenter.

            Cette initiative de Madame Le Maire, pourtant très tardive, mérite aujourd’hui la mention TRES BIEN,  parce qu’elle s’adressera d’abord aux putéoliens concernés par le seuil de pauvreté , même si les conditions générales d’acceptation ne sont pas encore diffusées. Les personnes choisiront leurs denrées et les paieront à 10% du prix du marché. C’est un prix très bas : la plupart des épiceries sociales et des épiceries solidaires proposent les aliments entre 50% et 15% (Emmaüs, à Beauvais) des prix courants.

            La déontologie de l’épicerie s’inspire de l’expérience générale acquise par les  responsables publics ou privés de structures comparables, en divers lieux : Toulouse, Amiens, Gagny, Montmagny …A partir d’une aide alimentaire essentielle, le but est de favoriser l’insertion sociale, par des échanges cordiaux, réconfortants, respectueux et des conseils nutritionnels. L’utilisation de l’épicerie, à Puteaux, sera possible, pour chacun, deux fois par semaine pendant un temps déterminé. Ce temps varie ailleurs entre deux et six mois. L’aide, temporaire, se distingue de l’assistanat, puisqu’elle se lie à un projet pour chaque participant.

Ce projet, établi en concertation, a le plus souvent pour but d’affecter les économies réalisées à l’extinction de dettes, à une formation qualifiante, à un achat nécessaire mais impossible à réaliser dans les conditions ordinaires de vie…

           

            Après quelques années d’existence, les épiceries sociales et solidaires s’agrandissent puisque la précarité s’accroît; elles dépassent aussi la seule aide alimentaire pour prendre en charge des problèmes de santé, par exemple, tels que le tabagisme et l’alcoolisme, avec des professionnels aux compétences multiples, nutritionnelles, psychologiques, sanitaires et sociales…

            La précarité ne peut plus « se traiter » à partir de multiples structures cloisonnées et spécialisées : le soutien global, multidimensionnel, est devenu le plus pertinent.

             Nous souhaitons un fonctionnement EXCELLENT au « Grenier des 4 saisons » 

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.

 

           

10:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.