Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2011

PUTEAUX EN PLAGE 2011.

Ce jour-là, 5/07/2011, sous un beau ciel, lisse et lumineux, sur l’île, la fine pointe d’une tour de la Défense rappelle la ville.

Attirés par la chaleur de l’air et de l’eau d’un été enfin là, de très nombreux « vacanciers » se dorent, entre les bains, sur les longs sièges, confortables, tous occupés dès 12H30, du vaste espace autour des piscines extérieures. Un personnel jeune surveille le site et les enfants, en particulier, avec une grande vigilance.

Les organisateurs ont travaillé quelques « détails » depuis l’an passé pour améliorer l’accueil devenu plus rationnel, assez rapide malgré l’affluence et attentif.

Le sable importé a disparu, sans regrets. Sur la pelouse aménagée, c’est une partie de campagne, familiale, souriante et détendue.

Un bar- restaurant joint les deux aires. Des mets chauds et froids sont servis en continu et les repas  pris en terrasse ou sur l’herbe.

Le coût de l’entrée, très bas, symbolique, met ce « bord de mer douce » à la portée de tous les résidents (et le « poids financier » de cette initiative est renvoyé, certes à partir d’un civisme allégé, vers le conseil municipal de l’hiver chargé d’approuver un budget responsable pour la ville.)

Le « petit train » parcourt le haut et le bas de la ville, jusqu’à la plage.

Puteaux-Plage, est un luxe partagé pour une évasion collective : une chance si l’on pense aux soubresauts  du Monde.

La plage reste ouverte jusqu'au 15/08/2011. 

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.

 

 

 

10:02 Publié dans POLITIQUE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plage, évasion collective, vacanciers. | | |  Facebook

15/07/2011

LA CRITIQUE SYSTEMATIQUE INTERDIT UN DEBAT DEMOCRATIQUE.

La raison de la pauvreté du débat politique, en France, est que l’opposition (qu’elle soit de droite ou de gauche) critique de façon systématique et automatique toute réforme du gouvernement, même celle qu’elle aurait elle-même réalisée si elle était au pouvoir …
Cette opposition qui se veut « radicale »
ne trompe personne, parce que chacun a pu constater que, depuis la ratification du traité de Maastricht, gauche et droite mènent des politiques assez voisines lorsqu’elles sont au pouvoir, les marges de manœuvre que leur laissent les traités européens qu’elles ont toutes deux ratifiés étant devenues assez faibles. La législation française est maintenant constituée de près de 70%  de transpositions devenues obligatoires, dans le droit français, des directives de la Commission de Bruxelles…
Le résultat de ce comportement qui se croit radical est la perte de toute crédibilité d’un discours qui est perçu comme « Je ne sais pas encore de quoi il s’agit, mais je voterai contre puisque c’est le pouvoir  qui le propose, même si j’avais voté pour si j’étais au pouvoir » : et, encore une fois, ceci est aussi vrai pour la droite que pour la gauche lorsqu’elles sont dans l’opposition. Ce qui est automatique, mécanique et prévisible n’est jamais crédible…
Ce comportement était justifié lorsque gauche et droite étaient porteuses –au moins en théorie- de deux projets de société totalement différents et incompatibles entre eux ; ce qui n’est plus le cas depuis que le Parti Socialiste s’est rallié à la social-démocratie (1983), puis à l’Union Européenne, puis au social-libéralisme (gouvernement Jospin)…C’est sans doute cette opposition mécanique, systématique  et pavlovienne de l'opposition  (qu’elle soit de droite ou de gauche) qui est responsable de la pauvreté du débat démocratique, en France.

Dans sa publication intégrale  sur un site de la Gauche Moderne du Pays de la Loire, Elie Arié compare le débat démocratique en France aux débats, plus constructifs, dans les autres démocraties occidentales : un « shadow-cabinet »  de l’opposition étudie chaque proposition gouvernementale afin de s’y opposer ou de proposer.

Le texte complet est accessible par google en tapant : critique systématique Elie Arié. L’accès direct au site n’est pas possible.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.



09:58 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : gauche, droite, critique systématique, elie arié. | | |  Facebook

05/07/2011

FONCIA-MARCEAU DE COURBEVOIE:DANGER!

 

Monsieur Bénazet, président de  FONCIA- MARCEAU, syndic, et gérant d’ABS-COURBEVOIE, société reçue en location-gérance, risque de porter de graves préjudices à vos copropriétés comme il l’a fait pour 2 copropriétés de Puteaux, cas connus.

Ces 2 copropriétés avaient pour syndic Monsieur Forabosco d’ABS- SURESNES. Sans l’accord des syndicats de copropriétaires, Monsieur Forabosco a transmis sa clientèle à M Bénazet.

Or, il ne peut y avoir de substitution entre syndics. M Bénazet, malgré cette transaction, n’est pas devenu le nouveau syndic qui doit obligatoirement être élu par l’assemblée générale des copropriétaires.

Sollicité par de nombreux courriers et méls de copropriétaires pour préciser sa position et rappeler la nécessité de l’assemblée générale ordinaire, il n’a pas répondu et a laissé passer, pour les deux copropriétés, les dates de fin de contrats de syndic.

Ces 2 copropriétés se sont retrouvées sans syndic et Foncia-Marceau a initié, pour chacune d’elles, la procédure d’ordonnance sur requête auprès du tribunal de grande instance de Nanterre. Par cette procédure, qui nécessite l’intervention obligatoire d’un avocat, un administrateur provisoire a été nommé. Chacune des requêtes rédigées par le cabinet d’avocats Elbaz s’appuie sur un mensonge pour tenter de masquer la seule responsabilité de Foncia- Marceau quant aux préjudices portés aux copropriétés.

Cette procédure est très onéreuse pour les copropriétaires et longue. Pendant ce temps plusieurs factures n’ont pas été payées et des entreprises n’ont pu réaliser les travaux nécessaires : panne de la VMC, interruption du téléphone d’urgence de l’ascenseur et du contrat d’entretien, inondation non traitée dans le parking, parking non sécurisé, déclarations de sinistres non transmises à l’assureur…

Le prix forfaitaire du contrat de syndic présenté par Foncia est excessif et s’y ajoute un étrange forfait pour frais administratifs indéfinis autres que les frais habituels, facturés. Les coûts de la procédure pour impayés de charges, de l’état daté, de l’heure supplémentaire et d’une photocopie… sont  incroyablement élevés !

Evitez ou quittez Foncia-Marceau !

De nombreuses informations négatives concernant le groupe Foncia sont publiées sur le site de l’association des responsables de copropriété : abus 2742 (frais injustifiés de recouvrement de charges)  2707, 2691, 2688 (forfait administratif atypique !), 2680, 2676, 2625, 2616, 2558…

www.unarc.asso.fr

Annie Keszey

 

19:50 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : foncia marceau, syndic, évitez foncia, quittez foncia, arc | | |  Facebook