Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2011

UN QUARTIER DURABLE: FRIBOURG-EN-BRISGAU.

La ville Fribourg-en-Brisgau, capitale « écologique » depuis 1992, est située dans la région la plus ensoleillée de l’Allemagne, dans la Forêt Noire. La ville accueille 10 000 emplois directement liés aux activités environnementales. Elle est le siège, en particulier, de la Solar Fabrik 1.

Proche de la centrale nucléaire redoutée de Fessenheim, en Alsace, Fribourg a créé un concept local d’approvisionnement en énergie visant la protection contre le réchauffement climatique : la consommation d’énergie, d’eau et de matières premières est réduite, l’emploi de nouvelles technologies énergétiques et des énergies renouvelables est accéléré.

Le quartier écologique Vauban naît après le rachat, par la ville, en 1992, d’anciennes casernes, sur un terrain de 4 hectares. Ces casernes, rénovées, sont affectées aux 220 logements alternatifs du collectif SUSI (association dans laquelle se trouvent d’anciens occupants illégaux des casernes, légalement relogés), à 600 logements pour étudiants, à la maison de quartier et au centre culturel des associations.

Les 34 hectares restants contiendront ensuite 2000 logements et un site d’activités artisanales et industrielles regroupées.

L’éco-quartier se fonde sur la mixité sociale et la convivialité, à partir de services publics situés à de courtes distances dont les jardins d’enfants et les écoles. Ces écoles enseignent l’écologie et le développement durable. Les commerces, accessibles, vendent  les produits de la ceinture verte agricole de Fribourg.

La conception, l’évolution et la gestion du quartier sont prises en charge par une association privée et démocratique de résidents : le Forum Vauban. Les impasses conflictuelles, nécessitant les décisions de la seule municipalité ont été rares depuis 15 ans, de l’ordre de 10% des problèmes à résoudre.

Le site boisé, traversé par un ruisseau, est à 4 kilomètres du centre-ville.

Les déplacements doux sont privilégiés: le vélo, les bus et le tramway dont le tracé fut défini dans le plan d’aménagement. Chaque logement n’a droit qu’à une place de stationnement, très coûteuse à l’achat, dans 2 garages-silos collectifs à l’entrée du site. Les places privées sont rares, à la périphérie du site, et ne concernent que 25% des logements construits à cet endroit.  Certains habitants s’engagent à ne pas avoir de voiture.

Le modèle urbain de « cité-jardin durable » limite l’extension et la population. L’architecture est particulièrement variée quant à ses formes strictement pensées et à ses couleurs. L’isolation est de 40 cm pour les murs extérieurs et de 35 cm sous les toits, souvent à couvertures végétales. Les jardins privatifs et les espaces verts restent sans clôture, arrosés par l’eau de pluie filtrée dans du sable.

Des maisons passives, en bandes, sans ombre portée, avec triple vitrage, ne consomment que 15kWh/m2/an. 

D’autres maisons, positives, produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment : la maison construite par l’architecte Rolf Disch, maison de bois à triple vitrage, suit le soleil pour optimiser les gains de l’énergie  fournie par des panneaux photovoltaïques et des capteurs solaires thermiques sous vide. 

Tous les  logements sont soumis au label habitat à basse énergie inférieur à 65kWh/m2/an.

La ville a construit une usine de cogénération alimentée à 80% par des copeaux de bois et à 20% par du gaz naturel.

L’éco-quartier est l’œuvre, en particulier, de 3 acteurs remarquables : la ville de Fribourg, le forum Vauban et la coopérative de construction Genova.

Une première évaluation globale par usage de l’Analyse du Cycle de Vie et du logiciel GEMIS juge l’expérience positive. En particulier, les émissions de CO2 ont été divisées par 2.

Un rapport technique approfondi sur les quartiers durables est téléchargeable sur le site :

www.areneidf.com

 

www.atelier-idees.org

Annie Keszey