Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2014

LA DESAGREGATION.

http://ts1.mm.bing.net/th?&id=HN.608050653661758418&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0L’expérience politique de Jacques Julliard est rare. Il publie, chaque semaine, en particulier, un éditorial dans Marianne.

Extraits du n° 908.

« …Oui, on a perdu les couches populaires ! Mais on a trouvé à la place le Front national ! Voilà, en raccourci, la crise française actuelle dans toute sa profondeur. France, qu’as-tu  fait de ton peuple ?...

Il est temps…de rassembler les éléments épars, constitutifs, de la crise que nous traversons. Un leadership politique défaillant, celui de François Hollande ; un milieu politique gangréné par l’argent et en proie à la corruption ; une société en lambeaux, du fait d’une mondialisation mal négociée et de l’individualisme communautaire. Fidèles au crétinisme institutionnel régnant, les politiques nous disent qu’il faut changer le numéro de la République. Et moi, je dis qu’il faut changer la politique !

« C’est le cœur du système qu’il faut changer, non la carrosserie » (Ernest Renan). Il faut donc croire au savoir et à la vérité. Il faut croire à l’honnêteté personnelle. Il faut croire au dévouement, à l’intérêt général.

Si vous pensez qu’on y arrivera avec la télé que l’on nous fait voir tous les soirs, cette apologie permanente du fric, de l’égoïsme, de la violence, de la bassesse et de la dérision, vous vous trompez. J’en appelle à la révolte contre la veulerie, l’égoïsme petit-bourgeois, le despotisme de l’argent…Je déteste le matérialisme cynique de la droite. Je déteste l’hypocrisie pharisienne de la gauche. A la fin de sa vie François Mitterrand disait croire aux forces de l’esprit. Moi aussi. »

Moi aussi.

 

Image : le figaro.fr

Annie Keszey.

 

 

      

17/09/2014

L'ESPAGNE MIROIR DE LA FRANCE.

Le taux d’abstention aux élections espagnoles ne cesse  de s’élever. Les électeurs sont excédés par la corruption des principaux partis politiques : le PSOE, parti socialiste ouvrier espagnol et le PP, parti populaire, de droite. Ils demandent un durcissement des sanctions contre les politiques qui volent à partir de leurs charges publiques et une limitation des mandats.  Les citoyens exigent un discours économique crédible, une stimulation de l’emploi et une délimitation claire de la réforme territoriale.

 

Trente et un « politiques » des Baléares  cumulent 163 années de prison. Huit échappent à leurs peines. Par exemple, l’ex-président de l’exécutif des  Baléares, Jaume Matas, est incarcéré à Ségovie, pour fraude à l’administration, trafic d’influence, pour 9 mois. Il a porté dommage à la dignité des institutions en utilisant sa charge sans le moindre égard pour l’intérêt public.

Le 30/07/2014, le juge Pablo Ruiz a impliqué 45 personnes dans « le cas GÛRTEL », dont l’ex-trésorier du PP. Ce dernier utilisa une entreprise pour déposer ses fonds, 48 millions d’euros en 2008, en Suisse. Cet ex-trésorier et sa femme, complice, ont leurs comptes bancaires, leur maison à Madrid et leur chalet de montagne saisis depuis juillet 2013. L’ex-président de la Généralité catalane, Jordi PUJOL, a régularisé ses comptes en Andorre. Il admet avoir oublié de déclarer 4 millions d’euros hors d’Espagne pendant 34 ans- héritage de son père- ce politique s’était pourtant spécialisé dans les leçons de morale…Il est contraint de renoncer à sa solde d’ex-président de 82 000 €/an, à son bureau, son chauffeur, ses charges honorifiques et ses titres. L’un de ses fils, englué dans une affaire frauduleuse à Acapulco et sa femme, sont aussi convoqués par le juge Ruiz.

 

Le PSOE est en danger d’évaporation ! Ainsi vient-il de changer de secrétaire. Pedro Sanchez, nouvel élu, veut mettre fin aux tendances indépendantistes, instaurer la transparence des comptes du parti, mettre fin à leur financement privé, limiter à 2 tout mandat et retrouver la confiance du peuple.

La guerre des « egos », pour de futures places lucratives, est ouverte dans le PP de Madrid.

 

Le PP se présente toujours comme un excellent gestionnaire mais la légalité de l’appel d’offres pour la construction, terminée, du très grand hôpital de Palma est interrogée  par la justice. La gestion de cet « IB salut » dégage un surcoût de 486 millions d’euros à partir de déficiences de toutes sortes. Le délai d’’attente d’une mammographie y est de 225 jours et de 96 jours pour une opération. Le chantier du nouveau palais des congrès, à Palma, a été arrêté pendant 2 ans, le coût dépassant le devis. Pendant ces 2 ans, les structures métalliques ont rouillé, il manque donc encore 600 000 € pour le terminer...

Des dizaines d’Espagnols combattent avec les combattants de l’Etat islamique. L’Espagne est une plate-forme de départ également pour des Français et des Marocains. L’Etat  réfléchit aux modalités de leur interpellation, quand ils reviennent. L’Espagne, depuis 2008, aurait versé 8.2 millions d’euros à « Al-Qaïda » et la France 43.3 millions d’€ pour le sauvetage de séquestrés.

La pauvreté sévère touche 4 millions d’Espagnols : moins de 657 €/ mois pour 2 adultes et 2 enfants. La population souhaite une écotaxe et un impôt sur les grandes fortunes.

Le milieu éducatif est en ébullition : aux Baléares 87% des centres éducatifs auraient refusé le projet TIL, rendant le trilinguisme obligatoire : le catalan, l’espagnol et l’anglais.

Les taxis s’opposent, par la grève, à la concurrence venant de véhicules ou de motos illégaux.

 

Ce ne sont-là que quelques exemples…Le passage de la France à l’Espagne et inversement ne demande actuellement aucun effort d’adaptation.

 

Sources, du 27/07 au 30/08/2014: El Mundo, Ultima Hora, El País, La Quarta Vía.

Annie Keszey.

 

 

19:10 Publié dans espagne, France | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psoe, pp, corruption, justice, surcoûts, prison, abstention, pauvreté | | |  Facebook

09/09/2014

LETTRE A LA MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE.

Madame Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale.  

Madame la ministre, ne parlez pas pour ne rien dire sur certains sujets permanents, au cœur du système éducatif, comme l’ont fait vos nombreux prédécesseurs pendant un demi-siècle, au moins. 

Le journal Le Monde du 2/09/2014 publie un entretien avec vous dans lequel vous dîtes en particulier «… Je souhaite à chaque enseignant de se retrouver dans une équipe harmonieuse au sein de laquelle pourra être mené un vrai travail collectif que je crois essentiel à la qualité de l’enseignement. Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation, les ESPE sont d’ailleurs un bon outil pour cela, outil que nous allons encore perfectionner… » 

 

Or, il n’y aucun travail d’équipe au sein de la quasi-totalité des collèges publics.

 

Les professeurs se réunissent officiellement quatre fois par an : le jour de la pré-rentrée pour l’organisation générale et lors des conseils de classe de chacun des trois  trimestres pour évaluer les élèves. 

Le travail en équipe, officiel, supposerait des locaux adaptés, une planification des séances de travail disciplinaires ou pluridisciplinaires dans les emplois du temps  de chaque année et un transfert interne de moyens financiers. Ces conditions sont inexistantes.  

En 1966, l’Institut pédagogique national avait créé un statut commun spécial pour les enseignants du nouveau collège expérimental audiovisuel de Marly-Le-Roi, dans les Yvelines, indépendamment de la diversité de leurs titres. Ils enseignaient pendant quinze heures  et travaillaient trois heures obligatoires, en équipe, chaque semaine. La diminution des heures de cours (sauf pour les rares agrégés) évitait le refus du travail d’équipe par les professeurs, de plus volontaires pour l’expérience. 

Chacun des six bâtiments en forme de trèfles, réunis par des galeries couvertes, contenait trois salles de classe donnant sur un forum de réunion. Deux téléviseurs équipaient chaque classe. Un bâtiment central, relié aux autres bâtiments, contenait un studio intégré, en circuit fermé, de réalisation d’émissions pédagogiques audiovisuelles, une cantine moderne en libre-service, divers bureaux, des salles de cours spécialisées et un nombre suffisant de salles, pour les réunions de professeurs, équipées chacune d’un téléviseur et d’une imprimante. Les classes hétérogènes de chaque niveau étaient alignées pour la plupart des disciplines et recevaient  la  même progression à partir des mêmes cours établis collectivement par les professeurs. Les contrôles, identiques, étaient faits en même temps et des groupes homogènes, selon les résultats, pouvaient fonctionner temporairement : groupes de soutien ou d’extensions. Après les cours, les professeurs critiquaient ensemble leurs supports, leur pédagogie et  préparaient les documents, améliorés, pour l’année suivante. 

Ce collège, aux locaux neufs, a été rapidement désaffecté, en 1980, puis a brûlé; Une opération immobilière lucrative l’a remplacé… Un autre collège public, sans travail d’équipe, a été construit sur un terrain parallèle. Les archives de ces nombreux travaux pédagogiques concertés restent introuvables !

 

Dans les années 1990/2000, le principal du collège ordinaire de Chambourcy, dans les Yvelines, a prévu, dans l’emploi du temps, des réunions hebdomadaires possibles d’une heure pour les professeurs de chaque discipline et de chaque niveau.  Cette heure-là ne devait en aucun cas  « détériorer » les emplois du temps individuels. Afin de convaincre les professeurs, traditionnels, de renoncer à leur liberté pédagogique, une compensation financière, même symbolique, leur a été attribuée : une demi-heure payée pour une heure de travail. Ce temps était « pris » sur la dotation horaire globale, ce qui n’était absolument pas prévu par l’institution. Le principal avait informé de son initiative le ministre de l’Education nationale de l’époque: il n’est pas intervenu. Le principal suivant a mis fin au travail en équipe, il est vrai que sa prévision, complexe, dans l’emploi du temps, allonge le temps passé pour celui qui le construit, diminuant d’autant les vacances de ce fonctionnaire-cadre, le principal d’ailleurs dans ce collège sans adjoint. 

 

Madame la ministre, concrétisez le travail en équipe des enseignants. 

 

Et puis réglez définitivement les anomalies persistantes ! 

  • Contrôlez .l’application des directives sur le poids des cartables afin d’éviter les maux de dos.

  • Rappelez aux responsables la nécessité de respecter les règles de l’hygiène dans les toilettes des établissements scolaires afin d’éviter aux élèves diverses maladies connues.

  • Garantissez le temps scolaire. Ni Vincent Peillon, ni Benoît Hamon n’ont empêché la perte de cours, illégitime, dès la rentrée scolaire. Les principaux étalent cette rentrée, sans raison. De nombreuses classes de 4èmeet de 3ème n’ont commencé la classe que le mercredi  3/09 ! Supprimez le brevet. Il ne sert à rien.  De nombreux rapports sérieux de l’Education nationale le démontrent. Ainsi tous les élèves pourront-ils travailler jusqu’à la dernière heure de l’année scolaire!

     

    L’essentiel reste pour vous la lutte contre l’échec scolaire, mais concrètement réussie. Opposez-vous, par des décisions pertinentes, aux sorties massives d’élèves, sans diplômes, du système éducatif!

     

    Bien sûr, ce n’est pas « tout » !

     

    Hiérarchisez vos objectifs, au cœur du système à réformer et évaluez vos résultats : ce sera nouveau.

     

    Bon courage Madame la ministre.

    Annie Keszey.