Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/12/2014

MARC TREVIDIC, JUGE D'INSTRUCTION, CONFIRME NOS CRAINTES.

marc trévidic,juge d'instruction,histoire,justice,petits cochons,petit méchant jugeOui , la Justice est comme le père Noël: elle n'existe que si l'in y croit comme un enfant.

Marc Trévidic, vice-président du pôle anti-terroriste du Tribunal de grande instance de Paris est l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes. Il vient de publier, en octobre 2014, après « Terroristes, les 7 piliers de la déraison », « Qui a peur du Petit Méchant Juge ? », aux éditions Lattès. La préface est de Gilbert Thiel. 

Cet essai retrace les diverses mutations du juge d’instruction depuis Saint-Louis,  dont celles du lieutenant criminel institué par François 1er, la création du juge d’instruction le 20/04/1810 et la situation d’aujourd’hui. C’est une leçon vivante d’Histoire de la Justice que l’école publique oublie d’enseigner pendant la scolarité obligatoire. C’est également une critique sociale profonde, dure et amère parfois d’un amoureux déterminé de la Justice. 

Le style, cependant, inventif et drôle, allège le propos. Pour le lecteur, c’est un plaisir d’apprendre. 

Marc Trévidic confirme nos craintes, mais son expérience lucide de quête de la vérité judiciaire et sa droiture nous encouragent. 

Les extraits discontinus du livre de 300 pages sont en bleu. La page 204, et ce n’est pas la seule, sur la fraude fiscale des Puissants, est d’un humour que l’on partage avec gratitude. 

Oui, la société française reste inégalitaire. Après la Royauté, les Seigneurs et les manants- les privilégiés et le tiers-état- la bourgeoisie et le prolétariat- les riches et les pauvres, Marc Trévidic oppose le CHÂTEAU, lieu de pouvoir des puissants, aux PETITS COCHONS, désignation du peuple anonyme, appellation reprise de la fable les  «Trois petits cochons », qui avaient peur du grand méchant loup, image du Petit Méchant Juge, PMJ… 

Depuis que le monde est monde, il y a toujours eu les Puissants et les autres… 

Oui, la Justice est inégalitaire, elle n’est pas indépendante du pouvoir exécutif. Elle est lente par manque de moyens dont la faiblesse de l’aide juridictionnelle, par exemple, mais aussi par les obstructions… A tous les âges et les régimes, nos gouvernants ont exercé sur la Justice cette pression constante : il leur a fallu trouver un coupable… Et cette aspiration sécuritaire se trouve au cœur de la délicate question de la détention provisoire… 

Le CHÂTEAU a toujours cherché à contrôler les dossiers sensibles… 

Il y a une loi d’un côté et l’obéissance à la hiérarchie de l’autre… 

Les fraudes électorales ne sont jamais jugées ou jugées quinze ans après les faits… 

Depuis que le PMJ souffle sur le CHÂTEAU de brique, il a le sentiment d’être persécuté. 

Les Puissants cherchent à supprimer le PMJ ou, au moins, à limiter sa capacité de nuisance (contre eux, bien sûr). Les PETITS COCHONS devaient être traités sans complaisance. Selon eux, si on leur donnait la main, ils vous bouffaient le bras… 

La Justice est imparfaite dans ses lois et ses procédures. La présomption d’innocence est contredite lors des détentions provisoires, presque tous les motifs légaux pour les concrétiser reposent sur la présomption de culpabilité…Il est difficile de considérer la présomption d’innocence comme autre chose qu’une aspiration philosophique… 

Les scènes de crime, polluées autrefois, le restent encore, rendant parfois impossible le relevé d’indices pertinents… 

Les lois injustes d’autrefois étaient appliquées. Les lois justes d’aujourd’hui ne le sont pas… 

Des tortures aussi inhumaines que dans le passé sont encore appliquées dans le monde, par les Etats- Unis, par exemple, à Guantanamo… 

Le CHÂTEAU. 

Les PETITS COCHONS avaient travaillé dur pour construire le CHÂTEAU et même si corvée après corvée, ils devaient l’entretenir, celui-ci était leur seule protection, quand les barbares des maisons de paille attaquaient la contrée. Au fil du temps le CHÂTEAU se métamorphosa…Il embellissait sans cesse…Peu à peu le CHÂTEAU perdit son rôle protecteur des PETITS COCHONS qui payaient des impôts élevés dans leurs maisons de paille et encore plus élevés dans leurs maisons de pierre…Le CHÂTEAU devint dépensier et festif et les hôtes, aveugles et sourds…Les doléances puis les remontrances des PETITS COCHONS aboutirent à la destruction du CHÂTEAU…Un nouveau CHÂTEAU de brique  fut construit sous la Convention, payé par un inconnu. Il devint de plus en plus  fastueux, en interne, au cours de l’Histoire…Le nombre d’invités ne cessa d’augmenter jusqu’au vingtième siècle où des séances concernent les présidents et ex-présidents, les responsables des principaux partis, des responsables du CAC 40, des banquiers, des avocats. ..Le supérieur de la police judiciaire et celui du procureur vivent au CHÂTEAU…Depuis sa destruction, les PETITS COCHONS, sélectionnés, ne pourront y entrer de nouveau que le 24/12/1974. Un ancien président invita quatre d’entre eux, des éboueurs, au petit déjeuner : un Français, un Sénégalais et deux Maliens…Le président leur posa de nombreuses questions sur leur travail ponctuant chacune de leurs réponses de mots choisis avec soin : Fascinant, Remarquable, Incroyable… Quand le moment vint des adieux, il fut donné à chaque invité un colis de victuailles pour Noël. De mauvaises langues ont prétendu que ce colis contenait une bouteille de cognac…Un Malien musulman ne fête pas Noël et ne boit pas d’alcool. 

Les Puissants sortent parfois du CHÂTEAU pour rencontrer les PETITS COCHONS, au salon de l’agriculture, par exemple. 

LE PATRON. 

Il vit au CHÂTEAU. Il est également un personnage de fiction. Il n’est pas un roi, pas un président, pas un ministre. La fonction du PATRON est pourtant essentielle : maintenir l’ordre établi et il connaît le seul point sur lequel les Puissants s’accordent au-delà de leurs luttes intestines. Leur accord tacite repose sur une volonté de maintenir leurs privilèges quel que soit le régime en place et la forme du gouvernement. Ils ne veulent pas seulement demeurer dans la sphère du pouvoir : ils veulent également que personne n’y entre…  

LE PETIT MECHANT JUGE. 

D’abord petit, puis méchant quand il a commencé à souffler sur le CHÂTEAU, ce juge d’instruction est le personnage principal. Ce n’est pas seulement Marc Trévidic mais un amalgame de tous les juges…Ce PMJ est torturé par son impuissance. Il voudrait que la Justice soit égale pour tous mais ne voit vraiment pas comment faire…  

Le PMJ raconte son histoire à la première personne : « je ». Il est l’acteur principal vivant pendant plus de cinq siècles.C’est sur le divan du DOCTEUR BLEULER que le MPJ retrace  l’évolution de la Justice et de sa fonction de juge : les prérogatives et les dénominations variables du juge d’instruction, les lois, les affaires, les erreurs judiciaires, les statuts divers de la preuve, les tortures anciennes inhumaines, l’évolution des droits de la défense, les rapports à la hiérarchie et au Pouvoir…   

Le DOCTEUR BLEULER est un descendant d’Eugen Bleuler, psychiatre suisse né en 1857, mort en 1939, et célèbre pour son travail sur la schizophrénie… 

La première consultation du PMJ a lieu page 37.

- Bonjour, docteur. Je pense que vous savez qui je suis. Sachez tout d’abord que je n’aurais jamais imaginé venir vous voir un jour. Mais les années ont passé et la République ne ressemble plus à rien. Et puis surtout, il y a quelque temps, un hôte très important du Château de brique a déclaré que j’étais schizophrène. Au début, j’ai pris cette accusation à la légère. Après tout ce personnage ne m’aimait pas. Ce n’était pas la première fois qu’il s’en prenait à la Justice en général et à moi en particulier.

- On peut même dire qu’il était multirécidiviste en la matière, souligna le docteur…

Au cours du récit, en rapport avec les faits, le docteur et son patient vont envisager d’autres troubles : les fractures psychiques, les anxiétés subites, le délire paranoïde, les hallucinations…

-Disons que j’ai commencé à  faire un rêve hallucinatoire : la justice était la même pour tous. J’entrais dans le CHÂTEAU de brique. Je faisais une perquisition.

-Une perquisition dans le CHÂTEAU de brique ! Vous êtes complétement fou !

-Merci docteur…ça fait toujours plaisir à entendre…

Le psychiatre ne confirmera aucun de ces troubles, après analyse. Le PMJ est normal…

Le PMJ raconte trois perquisitions chez les Puissants : l’une à la mairie de Paris, les policiers qui l’accompagnent refusent d’entrer, l’autre à la Préfecture des Hauts-de-Seine où il va seul avec sa greffière, c’est une épreuve et la troisième où, pour la première fois, il rentre au CHÂTEAU dans lequel le directeur du Consortium militaro-nucléaire a été assassiné. Sur tous les objets il trouve l’apposition « Confidentiel défense » « secret défense » y compris sur le cadavre sorti du réfrigérateur…Il ne peut saisir le cadavre : ce n’est plus un humain, mais un objet puisqu’il est mort, c’est donc interdit ! 

Un jour, l’ancien  président qui espérait le redevenir veut supprimer le PMJ devenu populaire auprès des PETITS COCHONS. Des propositions de remplacement sont faites : le remplacer par un procureur aux ordres du pouvoir exécutif, l’appauvrir par une stratégie de pourrissement, réduire le nombre de PMJ …Mais il y a peu de présents à cette réunion, beaucoup  de membres ayant préféré assister à une conférence qui apprend à ne pas payer d’impôts de façon légale. La décision est reportée à un meilleur moment, quand le PMJ soufflera par erreur sur une maison de paille…  

Le VICOMTE défend la vie et l’honneur du PMJ : la dimension romanesque du  Petit Méchant Juge lui a plu, tout comme l’impression peut-être de défendre une cause perdue… 

Le PMJ est l’acteur des nombreuses affaires majeures de l’Histoire, qu’il décrit et reconnaît les erreurs passées du PMJ. Il reprend longuement une erreur judiciaire de la Convention qui a exécuté la veuve Martin, Jean et Marion Fleury le 25/04/1793, pourtant acquittés par la Justice. Le geste de CECILE RENAULT, le 22/05/1794, est comparable, pour lui, à celui de l’étudiant chinois de la place Tiananmen. Le PMJ assiste à la décapitation d’Emile Henry le 22/05/1894, premier exemple du terrorisme aveugle, caractérisé en particulier par des aveux sans remords.

Les aveux sans remords ne sont plus des aveux. Ce sont des insultes. Les victimes le savent mieux que quiconque… 

 

ELLE  a des visages multiples car elle est ce qu’on en fait. Il faut encore croire à quelque chose pour comprendre qui ELLE est et lui pardonner ses excès…

ELLE, la Justice, la liberté, la République, Marianne donc, est jeune et très belle en 1789, année préférée du PMJ qui en tombe amoureux. Mon Dieu qu’elle était jolie quand elle traversait les rues de Paris en chantant à pleine voix. Vous l’auriez suivie comme tous les Petits Cochons. Elle avait des mots magiques qui sortaient de ses lèvres sublimes. Elle voulait l’égalité pour tous. Elle touchait du doigt la quintessence de la justice. Dans ses yeux, j’étais incroyablement beau…

 ELLE va ensuite rester enfermée au CHÂTEAU, s’y enlaidir, vieillir, se prostituer pour retrouver enfin la liberté. Mais le PMJ, maintenant, va prendre sa retraite avec ELLE, dont il est toujours amoureux : ils vont avoir ensemble un bébé, la VIème République…

ELLE était superbe, sans doute encore plus belle qu’en 1789. Le PMJ eut un serrement de cœur :

- ça va aller mon trésor, demanda-t-il.

- Ne t’en fais pas, ça ira, ça ira, ça ira…  

Bonne lecture ! 

Annie Keszey.                                                             

 

 

 

 

 

 

 

21/12/2014

ACHEVONS LE MAMMOUTH.

Extrait de l’éditorial de Jacques Julliard. Marianne n° 921. 

 

En vérité, l’histoire sera beaucoup plus sévère pour le bilan éducatif de François Hollande que pour son bilan économique…

 

Il est temps de donner le coup de grâce à un mammouth engoncé dans sa graisse, mais toujours aussi malfaisant : le ministère de l’Education nationale. Il faut le soustraire aux aléas politiques, aux plans de carrière des ministres, à l’arrogance administrative, à la stérilité intellectuelle, à l’alibi pédagogique. Il faut raser la forteresse de la rue de Grenelle, et lui substituer un Haut-Commissariat à l’éducation et à la recherche rattaché directement au Premier ministre, et animé par une grande personnalité nommée pour cinq ans, à l’abri du microcosme politicien. Aux formes près, c’est de cette façon que pendant près de cinq années Jules Ferry et sa phalange  de grands esprits républicains, nourris de culture et de désintéressement, ont fondé notre école. Avec pour programmes de répondre aux urgences (la lutte contre l’illettrisme, la revalorisation financière et morale de la fonction enseignante, la réforme en profondeur du premier cycle de l’enseignement supérieur)   et renouer avec la largeur de vues de la mystique républicaine… 

 

Quelle urgence, en effet ! 

 

Annie Keszey

 

04/12/2014

UN SERPENT DE MER QUI SE MORD LA QUEUE. LA NOTATION SUR 20.

LA NOTATION DES ELEVES.

Les 3 ministres PS successifs de l’Education nationale, Vincent Peillon, l’agrégé, Benoît Hamon, l’étoile filante et Najat Vallaud- Belkacem qu’il faudra évaluer, ont négligé le cœur malade du Système, pour jouer à la périphérie : rythmes scolaires, ABCD de l’égalité, notation sur 20.  

La sortie du système éducatif de 120 000 élèves environ, sans diplôme, chaque année, (à part le brevet pour certains), est le premier sujet d’étude,  un autre est l’inégalité des chances scolaires : sujets honteusement occultés !  

Les notes sur 20 attribuées aux élèves ne sont majoritairement ni objectives, ni utlles. Elles portent en elles le désordre des programmes officiels, l’insuffisante formation de certains professeurs et l’idéologie, en survie, d’acteurs rétrogrades, faite d’élitisme, de concurrence et de bienveillance … envers  l’inégalité des chances : n’en déplaise à Luc Ferry !  

Le sujet de la notation revient dans l’actualité, à partir d’une étude du Conseil supérieur des programmes - le CSP-  mis en place par Vincent Peillon, instance consultative de 3 députés, 3 sénateurs, 2 représentants du Conseil économique, social et environnemental et 10 personnalités qualifiées. Le ministère de l’Education nationale adresse au CSP des lettres de commande.  

Le CSP a souhaité  répondre à une ancienne et grave question : comment faire pour que l’évaluation scolaire ne soit plus cet instrument de tri au service d’un système élitiste, mais le moyen de faire progresser les élèves sans les casser ? 

Le CSP propose la suppression des notes qui ne sont ni neutres, ni objectives, ni bienveillantes avec certains élèves qu’elles stigmatisent, la suppression des moyennes et des coefficients. Un élève ne peut pas racheter sa faiblesse dans une discipline par sa force dans une autre. Un élève fort en mathématiques et faible en sport n’est pas un élève moyen. Aucune compétence ou connaissance n’est plus importante qu’une autre. 

Ce refus de compenser, par le CSP, montre des ambitions très élevées. Le socle, ce n’est pas une culture au rabais, c’est la meilleure pour tous. 

M Michel Lussault, président du CSP, docteur en géographie urbaine, président de l’institut français de l’éducation, propose bien sûr de réaliser plusieurs évaluations de connaissances et de compétences, au collège, mais pas plus de cinq par an, parce qu’il faut en finir avec la course à l’armement en matière d’évaluation. Moins on en fait, plus elles sont de qualité. 

Ces épreuves du bloc de compétences du socle commun et autres épreuves nouvelles prépareraient à un brevet transformé, en fin de 3ème. 

D’autres systèmes d’évaluation utilisent des codages spécifiques, les lettres, les couleurs, les dessins, dans la majorité des écoles élémentaires, par exemple ou dans des pays étrangers. Ils ne répondent nullement à la révolution attendue !  

Aucune révolution de la notation ne pourra réussir cependant sans une refonte prioritaire des programmes scolaires. Le CSP s’y attelle désormais. La rigueur généralisée des matières, leur adaptation aux évolutions, la clarté de leur rédaction, la  transdisciplinarité, le respect, nouveau, de la curiosité et de la créativité des élèves, la publication des méthodes d’apprentissage sont, en particulier, à considérer. 

«  L’enseignement conventionnel avec son apprentissage par cœur, ses concepts artificiellement segmentés et ses programmes uniques visant à une évaluation trop étroite, ne sont clairement pas adaptés…Alors que ce monde de plus en plus interactif a désespérément besoin de cerveaux, de précurseurs, de rassemblement, l’école continue de décourager et d’exclure. .. »*   

Une formation obligatoire à la docimologie  des personnels de l’Education  non encore formés, peut contourner les méfaits de la concurrence et des humiliations liés à la note et atteindre une objectivité, juste. Les professeurs les plus compétents de l’Education nationale savent déjà limiter les effets négatifs de la notation. 

Les recherches en docimologie du professeur Laugier en 1930, sur des copies de l’agrégation d’histoire, montrent qu’un même candidat classé avant dernier par un professeur et éliminé, fut classé second par un autre professeur à partir de la même copie ! 

Des recherches de 1932, 1975 et d’aujourd’hui, confirment la non- fiabilité des notes, la double correction est aussi illusoire, un professeur qui note une même copie déjà corrigée par lui-même plusieurs années auparavant, avec le même barème précis, ne met pas la même note et l’écart est…sidérant !

Le  site www.cahiers-pedagogiques.com développe ces recherches  certes déstabilisatrices  mais éclairantes. 

Des élèves et des parents affrontent trop souvent des pratiques professorales subjectives et incompétentes qui faussent les notes mais qu’ils n’osent ou ne peuvent dénoncer : 

  • Les contrôles «surprises » sévissent  dans l’impunité. Ils ont peu de chances d’être réussis par les élèves, mais sont notés !

  • Des dictées non préparées avec plusieurs mots nouveaux, inconnus, sont aussi notées. Echec programmé !

  • Des contrôles portent sur des notions non-apprises ou non-comprises en classe, d’autres sur ce que l’élève devrait savoir depuis les années antérieures…

  • Les leçons sont dictées en classe, alors que des livres bien faits existent. Les textes écrits par les élèves ne sont pas corrigés. Les erreurs, par excès de rapidité, sont apprises par cœur, restituées en contrôle et retirent donc des points ! De plus, cette passivité de l’élève lors des discours magistraux est une perte de temps. Parfois, c’est pire, il faut prendre des notes, très vite, en seconde par exemple, pour apprendre à prendre des notes ! La méthode est rarement exposée par le professeur ou se limite à l’apprentissage de mots « abrégés ».

  • Les barèmes de notation ne sont pas donnés aux élèves, alors qu’ils doivent l’être, avant l’épreuve, même en rédaction et la notation sur 20 devient davantage encore un jeu de hasard exacerbé, le monopole du maître.

  • Les contrôles portent sur des contenus aux longueurs immaîtrisables ou à l’abstraction excessive mais doivent se dérouler en des temps limités. Le professeur stresse en égrenant le temps qui passe, comme dans un départ de course.

  • Des consignes imparfaites, mal rédigées, ambigües ou vagues empêchent des réponses justes.  Or, ces professeurs se sentent rarement responsables des notes de leurs élèves.

  • Les élèves doivent préparer parfois plusieurs sujets importants dans des disciplines  différentes, pour un même jour, les professeurs n’harmonisant pas leurs demandes : c’est impossible.

  • Certains devoirs du soir, par leur complexité, sont vecteurs d’inégalité  quand il n’y a pas un professeur de cours particuliers à la maison ou une famille apte à l’aide…

    L’énumération  est incomplète!

    Aucun système d’évaluation nouveau ne sera pertinent dans un tel contexte pédagogiquement faible. (La pédagogie n’est dépréciée que par ceux qui ne la connaissent pas.)

    Salman Khan*, après Harvard et le MIT (Massachusetts Institute of Technology), a fondé la plus grande école du monde, la « Khan Academy » qui compte des millions d’élèves. Il connaît le principe de l’évaluation traditionnelle qu’il n’applique pas…

    « Les évaluations mesurent approximativement la mémoire d’un élève et éventuellement sa compréhension sur quelques notions d’un sujet plus vaste et ce à un moment donné ». Les écoles ont tendance à utiliser les contrôles comme mesure du potentiel ou des capacités des élèves, et ce, non seulement lors d’évaluations nationales mais également à l’occasion d’interrogations spontanées parfois mal conçues….Ce que nous faisons alors-très efficacement- c’est cataloguer les élèves, leur coller une étiquette, les définir et bien souvent limiter leurs perspectives…

    Soyons clairs : je ne suis pas un « anti-évaluations ». Elles peuvent constituer des outils précieux pour identifier des lacunes à combler…Il faut toutefois conserver une bonne dose d’esprit critique lorsqu’on analyse les résultats d’un contrôle, même extrêmement bien conçu. Car ils ne sont finalement que des  créations humaines imparfaites…

    Le plus troublant est que le système de notation s’attache à évincer les gens créatifs qui pensent différemment, ceux qui seraient le plus à même de contribuer de façon positive à un domaine donné…La vérité est qu’en sciences ou en ingénierie les découvertes majeures sont le fruit d’une grande intuition et d’une grande créativité…

    J’éliminerais les notes. Dans un système fondé sur la pédagogie de la maîtrise, elles n’ont pas leur place. Les élèves n’avancent individuellement qu’une fois la notion parfaitement maîtrisée et un zéro faute obtenu aux tests des dix questions d’affilée (ou une version améliorée). Puisque personne n’est poussé en avant, ni laissé en arrière, tant que ce degré de maîtrise n’est pas atteint, la seule note possible, pour tous, est le maximum : 20 (ou A, ou…)

    Salman Khan,  dans L’Education réinventée aux Editions JC Lattès nous propose une école profondément pensée, adaptée à notre présent, grande comme le monde, dont pourraient s’inspirer les réformateurs de l’Education nationale. Quelques titres de chapitres précisent l’ouvrage : La pédagogie de la maîtrise- Evaluer les évaluations- la question des devoirs- L‘avenir des bulletins de notes- Favoriser les plus défavorisés- les diplômes de demain- A quoi ressemblera l’Université-Donner du temps à la créativité…

    Dans la Khan Academy, la notation n’est plus un serpent de mer. 

    Annie Keszey.

    www.atelier-idees.org

    www.rupture-et-metamorphose.org

    www.notreputeaux.com