Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

LE CLAN FAMILIAL ET LE POUVOIR.

Chantal Delsol, philosophe. Extraits.

Un parti dirigé par une famille se donne des atouts pour durer et en même temps avance les poches bourrées d’explosifs...

Le vieux chef est à la fois père et roi. Son autorité s’immisce partout. Quand la raison renâcle, il pose l’argument de l’affection sur la table.

 

Il s’agit d’une politique tout à fait antidémocratique dans ses formes...Le pouvoir démocratique est « rationnel-légal ». Il s’établit sur des convictions et met en jeu des individus dont chacun possède par ailleurs une vie privée, indépendante...Dans le pouvoir clanique tout est lié. Les réunions de famille sont des réunions politiques. Les affections conditionnent les convictions et inversement...

 

Trop mêlé à l’affection, ce pouvoir approche toujours la violence. A tous les échelons le pouvoir humain se grandit en se hissant au-dessus de celui du cyclope, ce patriarche des premiers temps dont parlaient les Anciens, chef arrogant à l’autorité discrétionnaire. On peut difficilement nier que la séparation de l’ordre familial et de l’ordre politique fut une conquête de civilisation...

 

Comme on le sait pour les pays non occidentaux, adopter la démocratie ne signifie pas seulement se mettre à croire en certains principes – car la démocratie est une culture plus qu’une institution - et la culture ne s’invente pas en un jour...

 

Le FN, s’il veut être pris au sérieux, devra perdre la culture clanique et se comporter en structure « rationnelle légale »...

 

Les commentaires sont fermés.