Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2015

TERRORISTES. Les 7 piliers de la déraison.

Marc Trévidic. Le livre de poche. 284 pages.

Le juge Marc Trévidic est l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes.

A partir d’histoires d’apprentis terroristes, il nous fait pénétrer au cœur du Jihad individuel. Il informe avec un grand professionnalisme les citoyens devenus des cibles indifférenciées particulièrement en 2015. La lecture de ces progressions insidieuses vers la déraison est éprouvante. Marc Trévidic fait œuvre de juriste, d’historien, de psychologue, de sociologue : il expose les raisons de nos peurs et nous édifie avec subtilité.

- Pourquoi le Jihad individuel fait-il peur ?

- Pourquoi les loups ne sont-ils pas solitaires ?

- Pourquoi les appelle-t-on terroristes ?

- Pourquoi ne pas les laisser partir ?

- Pourquoi les femmes s’en vont en guerre ?

- Pourquoi prévenir le terrorisme est si difficile ?

- Pourquoi AL Qaida n’est-elle pas morte ?

Mais aussi L’agent double d’AL Qaida, La métamorphose, Le piège à ours, Journal d’un moudjahed, Les histoires d’amour finissent mal, Le petit poisson et le gros, C’est une maison-tour accrochée à la colline...

...L’épilogue, l’histoire d’Alexandre qui aurait pu être grand, histoire brève, si belle puis tragique, synthétise la douleur partagée des meurtres aveugles et constitue, en effet, la meilleure définition du terrorisme que Marc Trévidic pouvait nous donner.

Marc Trévidic a dépassé la seule approche théorique, parce que les petites histoires du terrorisme, celles faites de chair et de sang nous en apprennent plus que les grands discours, surtout si l’on prend en compte le regard des différents acteurs. Le prisme unique est remplacé par un kaléidoscope.

La situation nationale et internationale, l’avenir incertain imposent cette lecture.

Extraits discontinus.

Le terrorisme est une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation et la terreur...

Ce fut après le meurtre de trois enfants et d’un enseignant que la France fut terrorisée. Et depuis la peur subsiste. Elle a du mal à s’éteindre. Et si ça recommençait ? Car il y eut de l’incompréhension, des pourquoi, beaucoup de pourquoi. Pourquoi ce français détestait-il la France au point de tuer des militaires français ? Pourquoi ce jeune homme détestait-il l’humanité au point de tuer de jeunes enfants ? Pourquoi ce délinquant, qui ressemblait à n’importe quel délinquant, était-il parvenu à nous duper ? Cette dernière question était de loin, de très loin, la plus préoccupante.

Que Mohamed Merah détestât la France et voulût la faire souffrir était une évidence. Mais il n’y avait là qu’un peu d’écume recouvrant une lame de fond, un courant souterrain froid et profond. Un courant prêt à emporter les frontières, trancher dans notre histoire de France, décapiter Marianne. Une lame de fond qui lacérait impitoyablement l’idée même de l’Etat-Nation.

Nous en sommes là. Mohamed Merah a montré aux français ce qu’un Français pouvait faire à la France. Mais cela, nous le savions déjà. Nous savions que le radicalisme religieux interdisait l’appartenance nationale et conduisait à la violence. Nous savions que, pour quelques fanatiques, il n’y avait plus de frontières et de pays. Il n’y avait plus que l’islam et l' Oumma islamique, la communauté de croyants. Si ce n’est qu’un savoir intellectuel n’a pas la force du ressenti, de la connaissance charnelle de la souffrance...Mohamed Merah n’était pas le premier à ne plus se sentir français...De nombreux musulmans intégristes, depuis le début des années 1990, ne se sentaient plus chez eux nulle part. Ils ne se sentaient plus français mais ils l’étaient tout de même. Ils étaient avant tout musulmans, mais dans une version originelle qui déplaisait fortement à la majorité de la communauté musulmane. Ils n’étaient pas bien vus en France, pas bien vus dans la rue, pas bien vus dans les mosquées. Mais ils étaient certains d’avoir raison, de suivre le bon chemin, celui du Coran et de la Sunna (les paroles et actes du prophète), sans altération, sans innovation, même si cette route sur la trace des Salafs (les ancêtres) ne menait à rien sur cette terre. A défaut de mener à quelque chose dans ce bas monde, il leur restait du moins la perspective de Firdaws, le paradis des moudjahidins...

Avec le terrorisme islamiste nous ne sommes plus dans le temporaire mais dans la permanence... 

Les Mohamed Merah sont beaucoup plus difficilement décelables qu’on ne le croit. L’art de la dissimulation est une réalité. C’est même une stratégie... 

Initialement tout apprenti jihadiste arrive sur une terre de Jihad avec le désir de combattre comme les moudjahidin vus sur les vidéos des sites islamistes, kalash à la main, luttant contre des soldats impies. Or, ce qu’on lui demande en le renvoyant chez lui est bien éloigné de l’image d’Epinal qu’il s’était forgée. Il va falloir mentir, s’enterrer, avaler, ravaler, être une taupe, serrer des mains, dire bonjour et bonsoir. Et surtout, attendre, attendre, attendre. Cette pratique de la taqiyya en solitaire est très difficile. Certes le décloisonnement est absolu et le risque de fuite ou d’erreur bien moins important que dans un groupe terroriste, mais le Jihad individuel présente l’inconvénient de laisser le terroriste seul avec lui-même...Le jihadiste individuel est la plupart du temps obligé, pour raffermir sa volonté, de rompre l’isolement et de contacter son référent, son émir ou son mentor, par messagerie privée, sur Internet...

Un jeune exclu de la société a tous les risques de basculer, mais le basculement dans le terrorisme est bien particulier...

A la lumière de nos dossiers terroristes, il semblerait que ce cheminement se fasse, la plupart du temps, en trois étapes : la radicalisation, l’exploitation et enfin le passage à l’acte terroriste...La démarche consiste à penser que l’on est dans l’erreur et que, pour retrouver la vérité, il faut revenir au texte fondateur, à la source de la vérité et s’y abreuver. Cette recherche de l’absolu n’est pas un crime. Elle s’apparente à celle d’une innocence perdue, d’un retour à la pureté. Tous les fondamentalistes ont ceci en commun. Celui qui resterait à ce stade de la recherche personnelle, de l’apprentissage personnel de règles de vie exigeantes serait aussi inoffensif qu’un ange. Mais l’homme n’en reste jamais là. Il veut créer autour de lui l’absolu dont il rêve. Il veut que les autres soient comme lui. Il ne se suffit pas à lui-même.

La radicalisation s’opère de diverses façons : lectures, Internet, rencontre d’un mentor. L’autoradicalisation, terme à la mode, est en revanche vide de sens...Puis la radicalisation se conforte. La curiosité initiale fait place à la fascination. On ne cherche plus l’information, on cherche à consolider des informations déjà faites. Le fondamentalisme nous attire et c’est pourquoi on n’ira plus chercher la contradiction. Il nous faudra uniquement des discours qui renforcent nos convictions naissantes...

A part les privations, le radicalisme n’amène rien en ce monde. Il n’est pas apte à gérer les frustrations. Certains jeunes qui s’étaient radicalisés retournent donc en arrière...

D’autres passent à l’étape suivante, celle que l’on appelle souvent l’endoctrinement. Le mot exploitation est plus exact...L’exploitant s’appelle

mentor, gourou, imam, émir, savant, prêcheur, grand frère. On l’appelle comme on veut mais il est indispensable. L’exploitation c’est la phase nécessaire consistant à tirer profit de la radicalisation acquise pour parvenir à légitimer le passage au troisième acte, l’acte ultime, l’acte terroriste ...

L’exploitation de la radicalisation, cependant, ne sera efficiente que si les circonstances politiques le permettent...La situation devient très dangereuse quand le mentor est doué d’une capacité de persuasion importante et que la situation politique lui donne des arguments solides. La conjonction de ces deux facteurs est explosive. Le poids des arguments doit s’apprécier, non de notre point de vue, mais de celui des jeunes radicalisés auxquels ils s’adressent... 

Marc Trévidic nous permet de penser au-delà d’informations médiatiques conventionnelles ou simplistes. Il précise ce qu’est un compromis équilibré entre la sécurité et la liberté, il décrit minutieusement les étapes très difficiles des enquêtes antiterroristes, les dilemmes à dépasser, les intervenants nombreux à harmoniser et nous met ainsi en garde contre toute opinion idéologique, non fondée sur la réflexion, sur la raison.

A la veille d’une nouvelle année, on gardera précieusement ces connaissances lourdes que Marc Trévidic a partagées mais aussi ses constats subtils qui rassurent. Par exemple, en page 144 il écrit : Pour l’instant, personne, en haut de la tour Eiffel, n’appelle à la prière.

Annie Keszey.

Les commentaires sont fermés.