Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2011

UNE ANALYSE PERSUASIVE DE L'ACTUALITE POLITIQUE

Entre les deux tours des Primaires de la gauche.

 

Philippe Bilger est avocat général à la cour d’appel de Paris. Sur son blog « Justice au singulier », il commente, en général, pour ses lecteurs, des affaires judiciaires.

Actuellement cependant, entre les deux tours des Primaires de la gauche, nouvelle pratique démocratique, il publie une analyse politique « Charles de Gaulle à toutes les sauces », dont un extrait suit.

« Charles de Gaulle, mythifié sans mesure, ne saurait cependant constituer un argument décisif pour toutes les causes. Il est incongru, presque choquant, de le voir mis en avant dans le cadre d'une polémique conjoncturelle, alors que pour l'essentiel, notamment la pratique de l'Etat, l'éthique personnelle et la morale publique, le comportement privé et l'attitude présidentielle, ces quatre dernières années ont été sans doute les plus éloignées qui soient du gaullisme dans ce qu'il avait de respectable pour tous. Il est trop facile de faire surgir le Général à mauvais escient pour oublier sa mémoire quand tant d'épisodes,  d'épreuves et de scandales auraient justifié qu'on y songeât à bon escient ! »

Philippe Bilger articule les paroles et les actes des principaux acteurs politiques du moment : Nicolas Sarkozy, François Fillon, de droite, Arnaud Montebourg, François Hollande, Martine Aubry, Eva Joly, de gauche, Hervé Morin et Rama Yade, des centres. Le site www.philippebilgert.com publie ce texte raisonnable et convaincant terminé par… « la droite est gauche » !

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.

 

09/10/2011

JEAN-MICHEL BAYLET.

Le sénateur du Tarn-et-Garonne Jean-Michel BAYLET, Président Directeur général du groupe La Dépêche, représente le Parti Radical, à  la  primaire citoyenne de la gauche du 9/10/2011.

L’atelier des idées, à partir de plusieurs sources, doute de l’attachement aux valeurs républicaines de ce candidat et ne présente donc pas son programme.

Sur www.wikipedia.org:extrait

Affaires et condamnations judiciaires[modifier]

  • Le 13 mars 2003, Jean-Michel Baylet est condamné par la Cour d'appel de Toulouse à six mois de prison avec sursis et 30 000 euros d’amende pour abus de biens sociaux, recel d'abus de biens sociaux, ainsi que faux et usage de faux. La cour lui reproche d'avoir effectué des dépenses privées aux frais de la société de nettoyage GSF, et d'avoir, entre 1993 et 1995, entrepris des voyages à caractère privé aux frais de la Dépêche du Midi, dont il est le directeur. Il a en revanche été relaxé des autres chefs pour lesquels il était poursuivi[4].
  • En 2003, Dominique Baudis, injustement mis en cause dans l'affaire Alègre, lui reproche d'avoir pris parti, avec son journal, dans cette affaire.
  • Il est mis en cause dans un dossier, ouvert en 2007, de frais de réception au conseil général de Tarn-et-Garonne[5].
  • Le 14 mars 2007, il est condamné pour abus de bien sociaux par le tribunal correctionnel de Toulouse dans une affaire d'emploi fictif au sein de la société Occitane de Presse.
  • Il a été mis en examen, en 2009, pour « infraction au code des marchés publics » dans une affaire concernant les conditions de mise en concurrence du bulletin trimestriel du conseil général de Tarn-et-Garonne[5],[6],[7].

Sur www.20minutes.fr

·         Dans le chapitre des affaires, il a été condamné en mars 2003 à six mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour abus de biens sociaux, recel d'abus de biens sociaux, ainsi que faux et usage de faux. En mars 2007, il est nouveau condamné pour abus de biens sociaux.

Un éditorial de la radio Europe 1 du dimanche matin 9/10/2011, a repris ces informations.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.

06/10/2011

SEGOLENE ROYAL.

LETTRE A TOUS LES RESIGNES ET LES INDIGNES QUI VEULENT DES SOLUTIONS. SEGOLENE ROYAL. PLON. 9 €.

www.desirsdavenir.org

 ségolène.jpg

En 2007, Ségolène Royal est arrivée au second tour de l’élection présidentielle avec 17 millions d’électeurs derrière elle. Plusieurs fois ministre, elle est Présidente du Conseil Régional du Poitou-Charentes, qui est son laboratoire de solutions. Elle vient d’y créer une banque publique d’investissement pour les Petites et Moyennes Entreprises : 33 millions d’euros de crédits régionaux seront mis à disposition en 2 ans, davantage ensuite à partir d’apports de la caisse des dépôts ou d’investisseurs privés. Elle souhaite un « Small business Act » (www.ec.europa.eu)  aux niveaux national et européen. Une société d’économie mixte produira de l’électricité solaire. Elle continue d’appliquer localement des propositions fortes de son programme pour la primaire de la gauche. C’est l’honnêteté de la politique par la preuve. Quelle plus belle preuve que de pouvoir rendre des comptes sur la façon dont on a exercé ses responsabilités politiques, que d’en faire le bilan et la démonstration de l’efficacité, de la volonté de s’engager sur un nouveau modèle de croissance économique, écologique et sociale.

Ségolène Royal est une candidate très déterminée, libre dans ses relations avec le PS, qu’elle surplombe. Son programme, entre la défense ferme des valeurs traditionnelles et la conscience pertinente du futur, appelle un large rassemblement allant des altermondialistes, à la gauche de la gauche jusqu’aux Centristes humanistes et aux Gaullistes républicains. Elle emprunte d’ailleurs au Général de Gaulle l’ambition de « Viser haut et se tenir droit ». Depuis 4 ans, elle a acquis, par ses déplacements, une connaissance concrète du  monde avec laquelle aucun autre candidat ne peut rivaliser. Elle a mené aussi de nombreux dialogues avec des chefs d’Etat très divers, hommes et femmes, pour en appliquer des leçons (Lula da Silva, Manmohan Singh, Tarja Halonen, Dilma Roussef, Michelle Bachelet, Christina Kirchner)…

Le programme collectif de la gauche reprend plusieurs de ses propositions.

La plus grande injustice, pour elle se situe entre ceux qui subissent leur vie et ceux qui ont les moyens de leur liberté. Il faut arrimer solidement l’une à l’autre la responsabilité individuelle et la solidarité équitable qui sont aujourd’hui très affaiblies, voire détruites.

Je veux, écrit-elle, une France qui protège et qui avance. Je propose aux Français de construire un ordre social juste, appuyé sur la force citoyenne de chacun d’entre vous, de chacun d’entre nous.

Ségolène Royal adhère, contrairement à ses concurrents, à la Démocratie participative. Dans son livre de 156 pages, elle s’adresse directement aux forces citoyennes et propose aux Indignés et Résignés de se mettre en mouvement pour les rejoindre. Attachée à l’Europe, elle veut construire, marche après marche, les Etats-Unis d’Europe  et propose des règles pour moraliser le système financier dont la création d’une agence publique de notation et l’interdiction, pour les banques, de spéculer sur la dette des états.

Si la priorité de François Hollande est la jeunesse, celle de Martine Aubry, l’emploi, Ségolène Royal veut faire de la France un pays d’entrepreneurs, la première puissance écologique d’Europe.

L’éducation (formation des enseignants, internats et classes relais, rapprochement entre les Universités et les Grandes Ecoles, droit égal au savoir et à l’Art), la sécurité (l’encadrement éducatif militaire, la fin de la politique du chiffre), la réforme bancaire, la politique européenne, ramènent au programme collectif, avec davantage de courage cependant, dans l’expression. Sa politique pour les banlieues se démarque, parce qu’elle les connaît bien et ses mesures pour les minorités invisibles (femmes seules, travailleurs âgés) lui sont personnelles. L’égalité homme-femme passe par l’éradication des violences faites aux femmes et par le combat contre le sous-emploi des femmes. Elle définit aussi des mesures spécifiques pour les outre-mers.  

Les entreprises du CAC 40 seront davantage imposées à partir d’une réforme juste du système fiscal. Les comptes excédentaires en début de mois seront rémunérés, puisqu’ils sont pénalisés en cas de découverts, la distinction sera faite entre les activités spéculatives et les activités d’investissement, les bonus individuels seront prohibés et les paradis fiscaux interdits,

L’ordre social juste c’est un équilibre entre les droits et les devoirs. C’est un contrat donnant-donnant, sans tricheurs ni prédateurs. Il s’agit de construire des compromis dynamiques afin de dépasser les oppositions dans l’intérêt bien compris de chacun .C’est ce que j’appelle des «  cercles vertueux ».

 Ségolène Royal rejoint les chefs de gouvernements du monde et les ONG qui disent l’urgence d’un modèle alternatif de développement qui assure la prééminence de l’intérêt général sur les intérêts particuliers et sur la loi du plus fort. Un nouveau modèle dont le critère ne soit plus la boulimie financière de quelques-uns, mais le développement humain et la vie digne à laquelle chacun a droit. Les pays malmenés par la crise ont besoin d’un état anticipateur, porteur d’une vision à long terme de l’intérêt général.

Morale et croissance, justice et performance économique, voilà ce qu’il faut conjuguer et mesurer à l’aide d’indicateurs de développement humain plus représentatifs que l’archaïque PIB.

 

Les cinq candidats socialistes à la primaire de la gauche.

 

Manuel Valls, nouvelle génération, insiste sur la rigueur budgétaire et la sécurité.

Arnaud Montebourg, comme Manuel Valls, s’oppose au projet de « régulation » du PS, qu’il estime  dépassé, il refuse le libre-échange et défend une démondialisation verte.

Martine Aubry et François Hollande restent proches, mais Martine Aubry incarne un socialisme central sérieux et ambitieux tandis que la prudence marque les interventions de François Hollande.

Ségolène Royal constate que ses idées novatrices de 2007 ont été finalement intégrées au projet du PS.

 

LA PRIMAIRE CITOYENNE DE LA GAUCHE A LIEU LE DIMANCHE 9/10/2011.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.