Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2010

FRANCOIS BAYROU CONDAMNE POUR DENI DE DEMOCRATIE

La juge de fonds du TGI de Paris a décidé de donner raison à Hugues R. Débotte, simple militant du MODEM, soutenu dans sa requête par Marie-Thérèse Grange, conseillère départementale du MODEM du Rhône, et Rémy Daillet-Wiesmann, ex-conseiller national, ex-président de la fédération de Haute Garonne, démis de ses fonctions, sur sa requête en demande d’annulation du Conseil National du MODEM du  27/03/2010, pour non respect des statuts, et de la démocratie au sein du « Mouvement Démocrate ». (*)

 déni.jpgLe MODEM est un parti politique régi par la loi 1901, dont les dirigeants ont passé outre les règlements d’application. Ces comportements d’un autre âge ont eu pour effet une hémorragie par vagues successives de milliers de militants.

 François Bayrou et la direction du MODEM ont donc été ainsi sanctionnés pour leur déni de démocratie continuel depuis des mois, dont les effets ont atteint leur paroxysme lors du Conseil National du  27 mars 2010, et pour ne plus rien respecter dans le fonctionnement de base de toute association citoyenne, alors que parti politique est qualifié de « Démocrate ».

 

 

Hugues R. Débotte tient à disposition les éléments de ce dossier via son site internet http://www.huguesdebotte.com et son blog http://huguesdebotte.over-blog.net , ou en lui écrivant à hugues@huguesdebotte.com

 

(*) Le Conseil National incriminé tenu le 27 mars 2010 a Paris n’a pas été convoqué dans les délais minimaux prévus par les statuts ; a été présenté comme une simple réunion politique sans décision statutaire alors que des décisions de cette nature ont été prises ; a été proposé sans ordre du jour décisionnel alors que des décisions ont été prises ; et a été tenu en deux moments totalement juridiquement contestables, à savoir, premièrement, une prétendue réunion du bureau exécutif, qui n’a en fait jamais eu lieu, et deuxièmement, un « conseil national » qui n’a connu aucun compte rendu, qui a été l’objet de décisions statutaires, et pire que tout, où le nombre minimum d’ayant-droits aux votes étaient inférieur à 50%, dont un tiers de ceux-ci, qui ont pris part au vote,  ont été imposés de fait par le Président du MODEM, et présenté comme des « amis », alors qu’ils n’avaient aucune légitimité.

 

 

24/05/2010

L'INTERDICTION DE LA BURQA

Burqa-007.jpg

 

 

Maître Eolas, avocat, a publié, le vendredi 30 avril 2010, sur son site : « L’interdiction de la burqa dans l’espace public »

Maître Eolas, au-dessus des convictions, des opinions et des idéologies, décortique la proposition de loi d’interdiction de la burqa dans l’espace public et souligne ses nombreuses absurdités, ses non-sens.

Sa synthèse experte dépasse les informations en miettes diffusées par les médias sur ce sujet.

 

            « …Le gouvernement a fait connaître la teneur du futur projet de loi, qui sera très court (deux articles, vous voyez, quand il veut, il peut) et pénal…

            Au nom des principes, nous avons opté pour une interdiction totale, explique un des rédacteurs du projet. Mais nous avons décidé des peines légères, car ces femmes sont souvent victimes.

            C’est une nouveauté, désormais on punit les victimes. Mais d’une peine modérée, hein, on n’est pas des barbares non plus… »

            La suite sur http://www.maitre-eolas.fr

Images :www.argul.blog.lemonde.fr 

Annie Keszey

www.atelier-idees.org

17:37 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : burqa, maître eolas, loi d'interdiction | | |  Facebook

27/04/2010

DE LA RACE EN AMERIQUE

De la race en Amérique.

We the people…

Cette fois, nous voulons parler des écoles délabrées qui volent l’avenir de nos enfants, les enfants noirs, les enfants blancs, les enfants asiatiques, les enfants hispaniques et les enfants amérindiens. Cette fois, nous voulons dire non au cynisme ambiant selon lequel, après tout, ces enfants qui ne nous ressemblent pas sont le problème des autres. Les enfants d’Amérique ne sont pas ces enfants-là, ce sont les nôtres et nous ne les abandonnerons pas face aux défis de l’économie du 21ème siècle. Pas cette fois.

 

Cette fois, nous voulons parler des files d’attente aux urgences peuplées de Blancs, de Noirs et d’Hispaniques qui n’ont pas d’assurance santé et ne peuvent s’attaquer seuls aux groupes de pression de Washington, mais qui y arriveront si nous nous y mettons tous ensemble.

Cette fois, nous voulons parler aux usines qu’on a fermées alors qu’elles faisaient vivre honnêtement des hommes et des femmes de toute race, des maisons qui sont à vendre alors qu’elles appartenaient hier encore à des Américains de toute religion, de toute région et de toute profession.

Cette fois, nous voulons dire que le vrai problème, ce n’est pas que quelqu’un qui ne nous ressemble pas puisse prendre notre travail, mais que l’entreprise pour laquelle nous travaillons va délocaliser dans le seul but de faire du profit.

Cette fois, nous voulons parler des hommes et des femmes de toute couleur et de toute croyance qui se sont engagés ensemble dans l’armée, combattent ensemble et versent ensemble leur sang sous le même fier drapeau. Nous voulons parler du moyen de les ramener à la maison après une guerre qui n’aurait jamais dû être autorisée ni déclenchée. Et nous voulons parler de la façon d’illustrer notre patriotisme en prenant soin d’eux et de leurs familles et en leur versant les allocations auxquelles ils ont droit.

Je ne me présenterais pas à l’élection présidentielle si je ne croyais pas du fond du cœur que c’est ce que veut l’immense majorité des Américains de ce pays. Cette union ne sera peut-être jamais parfaite mais, génération après génération, elle a montré qu’elle pouvait se parfaire. Et aujourd’hui, chaque fois que cette possibilité me laisse sceptique ou cynique, c’est la pensée de la génération à venir qui me redonne le plus d’espoir : ces jeunes dont les attitudes, les croyances et l’ouverture d’esprit sont déjà, avec cette élection, entrées dans l’Histoire…

Extraits du discours de Philadelphie. 18/03/2008.

Barack Obama. Edition Grasset.

11:10 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : race, barack obama, amérique, génération à venir, espoir | | |  Facebook