Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

PUTEAUX:PYONGYANG-SUR-SEINE?

Lettre à Hervé Liffran, journaliste, auteur de l'article "Bienvenue à Pyongyang-sur-Seine" du Canard Enchaîné.

Monsieur Liffran,

Puteaux,conseil municipal,Mme Ceccaldi-Raynaud, Corée du Nord, Pyongyang, népotisme, Canard Enchaîné, liberté d'expression, totalitarisme du verbe


Dans l’hebdomadaire Le Point, en avril 2012, Puteaux fut Dallas 9-2, pour la journaliste Emilie Trevert. Notre « atelier » avait déjà émis quelques réserves, par courrier, publié sur notre site collectif.
Dans les canardages du Canard Enchaîné du 18/04/2012, vous assimilez Puteaux, cette fois, à Pyongyang. Le lendemain, le journal Le Monde publiait le témoignage de Shin Dong-Hyuk, rare survivant des pires atrocités d’un camp d’internement de Corée du Nord. Dans ces camps, tous les condamnés ont l’obligation d’assister aux exécutions sauvages. Les bourreaux remplissent de cailloux la bouche  de la future victime afin qu’elle ne puisse critiquer l’Etat, avant de mourir, et cachent son visage sous une cagoule…
Pyongyang est la capitale d’un système concentrationnaire.
Votre humour glacial, étrangement excessif, appelle, dans notre situation actuelle de lecteurs,  une  critique citoyenne tant votre comparaison frôle l’inculture.
La ville de Puteaux, avec plus de 40 000 habitants, ne se réduit pas à son maire ni à son conseil municipal. Les habitants appartiennent au peuple souverain. Aucune armée violente ou police terrifiante n’encercle la ville. La publicité très lissée  de la revue municipale, ne trompe ni ne conditionne les foules. La peur et l’oppression permanentes ne pèsent pas sur les esprits, libres. Les consciences putéoliennes ne sont pas instrumentalisées. Nul faisceau de contraintes intériorisées- dont la peur de critiquer- n’inhibe toute conversation (1).
La dynastie des Ceccaldi-Raynaud, népotisme anachronique encore fort répandu, conséquence d’une révolution imparfaite, n’est pas auto-proclamée comme celle des « trois Kim » mais élue depuis des décennies par une majorité de putéoliens consentants : c’est plus qu’une nuance même si la persistance de l’anomalie anti-démocratique déçoit, légitimement, les minorités locales et les professeurs d’Histoire…Madame Ceccaldi-Raynaud souhaiterait atteindre, peut-être, par la multiplication de ses portraits aux émotions programmées, un certain culte de la personnalité et la frontière de son mandat  entre « surveiller » et " veiller sur ", héritée des dictatures, se voudrait , inconsciemment, trouble,(2) mais nul citoyen ordinaire, équilibré,  n’est piégé, ni inquiet, ni soumis- ici.
De fortes composantes affaiblissent la démocratie locale. L’inertie apparente  de certains conseillers municipaux de la majorité et leur allégeance inconditionnelle au maire créent un pouvoir personnel qui trahit une institution collégiale. L’impossible union de l’opposition diminue sa force parce qu’elle est déstabilisée par un conseiller du MoDem au comportement défaillant: ego surdimensionné, narcissisme extrême, haine destructrice du maire pour lui ravir sa place et, déjà, une souplesse certaine avec l’éthique politique! Ce conseiller, blogueur, qui jouit d’une relative notoriété  exclusivement « immatérielle », a choisi de s’inscrire dans une spirale inefficace d’un double « je » de provocation jouissive-riposte-victimisation-riposte-provocation, aux dérapages garantis…
Les lenteurs de la Justice détériorent la présomption d’innocence en favorisant les rumeurs naturellement frappées d’incertitudes…

Pourtant, malgré les difficultés, il est possible de travailler, à Puteaux, dans le sens des intérêts collectifs. Le PS, la conseillère indépendante, publient leurs études critiques approfondies de dossiers, sur la comptabilité en particulier, sans être censurés. Ils ne recherchent pas le bruit et la fureur médiatiques mais s’imposent auprès des putéoliens par  leurs compétences, leur rigueur, leur droiture et leur courtoisie fonctionnelle.
C’est la seule démarche qui puisse favoriser un progrès démocratique. Le maire de Puteaux n’a déposé aucune plainte en justice contre eux.
En effet, ils ne confondent pas la liberté d’expression avec le totalitarisme du verbe.

(1)Philippe Pons- (2) Marc Crépon (M Liffran, avez-vous lu « Le consentement meurtrier » ?)
Image : news 24.ci
www.atelier-idees.org  Annie Keszey.

02/05/2012

REPONSE D'EMILIE TREVERT AU COMMENTAIRE DALLAS 9-2

Madame Emilie Trevert, auteur de « Dallas dans le 9-2 », dans l’hebdomadaire « Le Point ».

            Madame,

    Recevez nos remerciements pour la réponse faite à la lettre que l’atelier des idées avait adressée à votre hebdomadaire le 31/03/2012. 
Nous notons que vous aviez tenté de joindre Maître Drai, avocat de Madame Ceccaldi-Raynaud, pour un entretien qu’il a refusé. L’absence de cette information dans l’article induisait l’hypothèse que Madame Ceccaldi-Raynaud avait eu, certes, un avocat, mais seulement à charge: son père. Cette hypothèse est donc invalidée.
    Vous n’avez pas jugé les propos tenus par Monsieur Ceccaldi-Raynaud, contre sa fille, parce que vous souhaitez laisser chaque lecteur se faire sa propre idée. Votre choix, respectable, reste difficile à partager: une journaliste peut interpréter des faits, séparément de leur exposé. Les tentatives violentes verbales répétées de Monsieur Ceccaldi-Raynaud pour déshonorer sa propre fille ne semblent pas correspondre à une morale familiale républicaine, partagée. Mais sans doute avez-vous raison, la majorité des pères et mères aura su juger l’ignominie de tels propos paternels publics.
    Bon courage, transmettez nos remerciements aussi à M Giesbert qui a pris la peine de vous remettre notre correspondance.
    Annie Keszey.


22:25 Publié dans POLITIQUE LOCALE, PUTEAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

31/03/2012

COMMENTAIRE: DALLAS 9-2- HEBDOMADAIRE "LE POINT".

puteaux,famille ceccaldi-raynaud,christophe grébert,dallas 92,le point,harceleurs,harcelés,république exemplaire

Extrait de l'hebdomadaire Le Point- n° 2063- ZAK.

Commentaire adressé à Monsieur Franz-Olivier Giesbert, Directeur de la publication de l’hebdomadaire «Le Point ». 
Objet: l’article « Dallas » dans le 9-2, pages 70, 71 et 72 du numéro 2063 de l’hebdomadaire   «Le  Point », du 29/03/2012.

        Monsieur Giesbert,

Le vrai Puteaux est un peu différent de votre Dallas, semble-t-il.
Le premier problème politique de Puteaux est français: c’est la dépendance de la Justice, sa politisation, par rapport au pouvoir présidentiel. L’avocat général Philippe Bilger, dans « Le bal des complaisants », en définit le mécanisme, les acteurs complices et les résistants certes en difficulté. La mise en examen de M  Ceccaldi-Raynaud, ancien maire, dans une affaire de marché public, en 2007, n’a toujours pas abouti 5 ans plus tard et l’Institution judiciaire reste discrète après l’annonce du  « Canard Enchaîné » révélant qu’une somme de 4 millions d’euros provenant d’un héritage familial aurait été placée en Suisse, par Madame Ceccaldi-Raynaud, maire actuel et fille du précédent. Maître Drai, son avocat, a précisé que ces fonds se trouvaient, légalement, en France. Les jugements populaires locaux, subjectifs, répétitifs, par méconnaissance des faits et du droit, occupent donc  l’espace-temps et les citoyens vivent dans une brume inutile d’opinions indécises ou erronées, en attendant les décisions de Justice. Pour Christophe Grébert, un des opposants au maire, une décision de justice d’actualité le concernant, pour l’instant, est claire: il vient d’être condamné pour faits de diffamation au préjudice de l’Association Musicarte et de sa présidente Youra Nymoff- Simonetti.
Le second problème politique local est aussi général, c’est celui du  népotisme, ennemi des démocraties, combattu épisodiquement, mais qui perdure depuis des siècles. Des électeurs, complices, à Puteaux, pour des raisons personnelles, ont  installé la même famille au pouvoir depuis près d’un demi-siècle. Christophe Grébert, conseiller municipal d’opposition du MoDem et blogueur avait acquis  une certaine notoriété  virtuelle en s’opposant à la nomination prévue de Jean Sarkozy à la présidence de l’EPAD. Pourtant, Christophe Grébert, avant le second tour des élections municipales de 2008, a tenté une alliance avec M Ceccaldi-Raynaud qui avait présenté, en effet, une liste contre celle de sa fille. Christophe Grébert combat le népotisme mais s’y associe pour servir ses intérêts politiques: son ambiguïté renforce la brume ambiante.
Le troisième problème est la personnalité des trois acteurs, dressés deux contre « une », qui rejoignent nombre d’élus sans éthique prévisible. Monsieur Ceccaldi-Raynaud  et Christophe Grébert ont un désir obsessionnel de pouvoir personnel: pouvoir narcissique qui amenuise l’amour d’autrui, la défense des valeurs fondamentales (justice, vérité, respect mutuel, fraternité…). Ils veulent l’un et l’autre le même pouvoir communal, contre celle qui le détient et leur résiste, en un triple jeu  de harceleurs-harcelés et inversement ! De même que Christophe Grébert combat le népotisme tout en l’acceptant, il attaque le favoritisme de la démocratie locale mais le pratique déjà. Lors des élections internes à la section locale du MoDem, pour éliminer la majorité qui lui était peu attachée, il construisit une liste concurrente avec pour tête de liste un de ses amis de Nanterre (ce qui est interdit) auquel il fournit une fausse adresse à Puteaux.
Votre article, à partir d’une légèreté de style, semble prendre parti pour M Ceccaldi-Raynaud et Christophe Grébert contre Madame Ceccaldi-Raynaud: ce n’est pas juste. M Ceccaldi- Raynaud, avocat, a le bac, niveau d’instruction qui ne lui permet pas d’accéder à la dignité  ni à l’amour paternels. Ses propos contre sa fille sont grossiers, affligeants, dénaturés et vous ne les tempérez pas. Madame Ceccaldi-Raynaud, à ma connaissance, n’a jamais attaqué publiquement son père et c’est sans doute la raison de son refus de recevoir votre journaliste. Mais, dans votre texte, elle  n’a pas d’avocat à décharge! 
Vous reproduisez un jugement de Christophe Grébert , condamnation jouissive de Madame Ceccaldi-Raynaud : « Pour le pouvoir, elle a choisi de trahir son père ». Pour le pouvoir, Christophe Grébert a trahi  ses colistiers, dont les ¾  l’ont quitté,  à peine un mois après les élections de 2008.
Cette situation appartient au bilan d’une République exemplaire.
Bon courage Monsieur Giesbert.
www.atelier-idees.org    Annie Keszey.