Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

PUTEAUX. LA CAMPAGNE A LA VILLE

ferme 001.jpg

DEMOCRATIE PARTICIPATIVE. Un très vaste terrain, après démolitions, vient d’être dégagé, rue Roque de Fillol, à Puteaux. C’est très rare.

            La ville est densément bétonnée. Le projet futur d’occupation de cet espace n’est pas encore défini, selon le bureau de l’urbanisme, mais des rumeurs originales et très positives circulent dans la cité. Les études porteraient sur une réalisation harmonieuse associant, à l’écologie et à l’éducation, un retour à la nature, bucolique.

            Les sources d’inspiration suivantes, au stade actuel des cogitations, s’entrechoquent, mais convergeraient vers l’harmonie du lieu :

-         Le jardin central sous verrière, dessiné dans la cadre du projet de l’architecte Jean Nouvel par le paysagiste Michel Desvigne, pour l’île Seguin, à Boulogne- Billancourt.

-         La ferme de la Granja, à Esporlas, à Majorque, qui fait revivre pour les écoliers et les touristes, le système médiéval de l’économie fermée. Cette visite éveille l’esprit critique en exposant le système économique qui a précédé la surconsommation actuelle.

-         Une « maison- café » écologique et philosophique, lieu de débats sur la république laïque, dans un jardin d’été et d’hiver puisqu’il existe bien des lieux de cultes religieux [églises, synagogue publique (!), mosquée (ou presque)]…ROMS revenus.jpg

 

-         Une ère de stationnement pour gens du voyage. Le département des Hauts- de- Seine est hors- la- loi parce qu’il n’a pas prévu ces équipements. Ce lieu accueillant serait un modèle d’humanité, pour une intégration réussie des nomades, dans le respect de la diversité culturelle et linguistique. Le Maire de Puteaux en serait le talentueux créateur et son œuvre pourrait être dupliquée afin que cessent les insupportables expulsions collectives de l’été.

         Un parc à " la Villandry" :

 www.lesplusbeauxjardinsdefrance.com

            Les propositions sont à adresser au bureau de l’urbanisme de la Mairie de Puteaux. Elles seront certainement examinées avec intérêt : plus exactement avec ouverture et désintéressement.

www.atelier-idees.org

Annie Keszey

 

 

02/10/2010

LA CASTE HEREDITAIRE CONFLICTUELLE DE LA FAMILLE CECCALDI- RAYNAUD.

PUTEAUX.

                        

« Je veux que les nominations soient exemplaires », disait Nicolas Sarkozy, en 2007.

 

A six mois des élections cantonales, l’U M P des Hauts- de- Seine a choisi d’accorder son investiture à Vincent Franchi, pour être le candidat de la majorité dans le canton de Puteaux, canton« en or* » comme celui de Neuilly- sur- Seine- Nord    qui fut celui de Nicolas Sarkozy. « Le siège qu’il brigue est aujourd’hui détenu par son  grand- père, Charles Ceccaldi- Raynaud, bien décidé à s’opposer à son petit- fils et  peut-être, à se représenter*… » (*Article de Saïd Marhane, dans « Le Point » du 16/10/2010).

Vincent Franchi, est le 11ème adjoint du Conseil Municipal de Puteaux, « dont le Maire est sa mère * »!

Ce n’est point encore un illustre personnage. Il est jeune et, en conseil municipal, sous le regard inquisiteur de sa maman, il s’exerce à l’usage d’une langue châtiée  pour ses interventions de futur tribun, bien sûr respectueux d’autrui et de l’opposition en particulier !!!

Madame Ceccaldi- Raynaud, fille de Charles Ceccaldi- Raynaud, outre sa charge de Maire qu’elle exerce depuis 2004, est députée de la 6ème circonscription des Hauts- de- Seine après y avoir été la suppléante de Nicolas Sarkozy. Elle est Présidente de l’Etablissement Public d’ Aménagement de La Défense, après le renoncement de Jean Sarkozy, [«  fils de »,  jeune prétendant à la présidence de l’E PAD], à la suite d’une campagne médiatique, éphémère, contre le Népotisme.

Charles Ceccaldi- Raynaud fut Maire de Puteaux de 1969 à 2004, donc pendant 35 ans, Député de 1993 à 1995 puisque suppléant de Nicolas Sarkozy, puis Sénateur des Hauts- de- Seine de 1995 à 2004. Il est actuellement conseiller général de Puteaux.

Lors des élections municipales de 2008, il fut l’un des opposants à sa fille, à laquelle il avait remis le pouvoir de Maire en 2004, pour maladie et qui avait refusé de le lui rendre en 2005. Il n’a pu siéger au conseil municipal en raison d’une règle interdisant que trois membres d’une même famille y siègent en même temps.

 

Ces fonctions familiales sont lucratives.

 

« Le népotisme, c’est la structure interne de la société secrète. Il est ce qui fait que la Nation a cessé d’être démocratique. Il interdit aux uns de s’élever- ceux qui ne sont pas de la famille- et il permet aux autres de tenir les leviers de commande…

Lévi- Strauss vous dirait que c’est de l’endogamie, la manière dont les tribus indiennes sont toutes mortes de consanguinité, les règles de l’échange ne fonctionnant plus…

Le népotisme, c’est l’ultime régression. ». (Article du 17/10/2005 sur le site : www.bulles.agora.eu.org)

 

 « Le népotisme en action est « un népotisme de nouveau riche », celui de Nicolas Sarkozy, qui ne respecte pas le temps de la légitimation, de la légitimité, de l’installation de l’individu dans le champ politique. C’est celui d’un homme politique qui représente la classe dominante avec ses liens, ses réseaux, ses cercles et ses clubs. Il marque une différence avec ce milieu, son appartenance se voit. Il vend la mèche, il donne à voir comment cette classe fonctionne ». C’est un nouveau népotisme, décomplexé.

Une sorte de « préséance nobiliaire » du clan remplace l’intelligence.

(Entretien entre Eric Numes et les deux sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon- Charlot).

 

Vincent Franchi est l’adjoint au Maire, délégué à l’enseignement, à la culture et à la jeunesse. L’égalité des chances est sa mission.

 

« Une personnalité politique ne peut prétendre incarner l’intérêt général si elle ne se détache pas lisiblement, pour tous les citoyens, des intérêts particuliers. L’indifférence tranquille à cette philosophie morale est grave. Elle sape tout sentiment de respect vis- à- vis de l’autorité. » (Pierre Rosanvallon, professeur au Collège de France, créateur de la fondation Saint- Simon et de la République des idées. Propos recueillis par Gérard Courtois: Le Monde.)

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.