Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2020

LETTRE AU MINISTRE DU LOGEMENT, AU PREFET DE PARIS ET AU PREFET DU 92.

Annie Keszey, 44 ans d’Education nationale,..........................., 92800, Puteaux, à Monsieur le Ministre du Logement, Monsieur le Préfet des Hauts-de-Seine, Monsieur le Préfet de Paris (pour le seul quatrième cas).
Copie à Madame la Présidente de l’OPH de Puteaux.

Objet : L’Etat hors- la- loi.

Monsieur le Ministre du Logement, Messieurs les Préfets.

Certes, vous avez hérité de la loi DALO, inapplicable en Île- de- France, mais vous êtes coresponsables des violences illégitimes, durables et destructrices, imposées aux prioritaires DALO, oubliés, malmenés, dupés.
En avril 2020, à Puteaux, une commission d’attribution de logements sociaux doit se réunir, alors puis-je vous rappeler, une nouvelle fois, avec leur accord, la situation tragique de Putéoliens " PRIORITAIRES DALO», inscrits aussi à l’OPH, qui auraient dû être logés dans 6 mois maximum, EN URGENCE !

Premier cas. Une famille constituée du père, de la mère et de trois enfants mineurs. Ils sont prioritaires DALO depuis le 5/11/2014. Ils attendent depuis 5 ans et 4 mois et n’ont reçu aucune proposition de relogement social. Je vous ai adressé le dossier récapitulatif de 62 pages de leur épreuve ainsi que plusieurs courriers de rappel en LRAR. Qui opère une sélection entre les prioritaires et selon quels critères ? Document 1 joint. Ne les oubliez plus!

Second cas. Une mère seule, handicapée, souffrante, avec sa fille, mineure de 11 ans. Elles sont reconnues prioritaires DALO depuis le 12/06/2015. Elles auraient reçu deux propositions de logement social, mais n’ont l’avis que pour un seul : aucun des deux logements ne leur a été attribué, elles n’ont pas été informées des adresses et n’en ont visité aucun. Elles sont en attente. Leur logement privé actuel est particulièrement exigu. Je vous ai adressé le dossier récapitulatif de 55 pages de leur épreuve ainsi que deux LRAR de rappel. Document 2 joint. Ne les oubliez plus!

Troisième cas. Un retraité de 81 ans, SDF, exclu de l’immeuble du 17 rue Collin, à Puteaux, déclaré en insalubrité irrémédiable en 2018. De nombreux autres résidents, dans cette même situation, sont relogés en HLM, mais, étrangement, il n’est pas concerné. Il renouvelle sa demande de logement social chaque année à l’OPH de Puteaux. Une première demande de priorité DALO lui a été refusée, mais à partir d’erreurs lourdes de la Préfecture. J’ai adressé, à sa demande, un recours contentieux au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise le 20/03/2019, il y a un an donc, sans réponse à ce jour. Document 3 joint. Rendez- lui justice !

Quatrième cas. Situation administrative d’une complexité « folle ». Le relogement social de cette famille ne peut venir que d’un accord entre vous, Monsieur le Préfet de Paris et vous, Monsieur le Préfet des Hauts-de-Seine. Le père, la mère et trois jeunes enfants mineurs vivent dans une location privée de 15, 60 m2, loi Carrez, au 8ème étage sans ascenseur, avec WC extérieurs. Ils sont prioritaires DALO depuis le 6/09/2013 : depuis 6 ans et 5 mois, au lieu de 6 mois ! Je vous ai adressé le dossier récapitulatif de 80 pages de leur épreuve et plusieurs LRAR. Ils ont reçu une proposition de logement social à Houilles mais n’ont pu l’accepter : ils ont été rayés de la priorité DALO par vous, Monsieur le Préfet de Paris, et seraient en procès dont ils attendraient l’issue. Document 4 joint. Visitez leur appartement, vous serez atterrés!
Puissent-ils, tous, « être aimés » administrativement et non plus « abimés »* ! MERCI POUR EUX !

Annie Keszey.

 

*(Titre  d'une image sur les violences illégitimes de l'Etat sur Internet)

 

 

03/02/2020

ASSAINIR TWITTER.

3/02/2020. Annie KESZEY, @KESZEY, et Stéphane KESZEY à Madame la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Madame Nicole Belloubet.

Copie à Monsieur le Premier ministre, Monsieur Edouard Philippe.

Objet : Demande d’assainissement démocratique de Twitter.

Madame la ministre de la Justice,

Nous ne sous-estimons pas la difficulté de notre demande puisqu’elle concerne un réseau social. La République française se veut exemplaire mais n’est-ce pas incompatible avec les sites anonymes de Twitter quand ils sont délinquants et qu’on ne peut ainsi déposer plainte en Justice en cas d’insulte, d’injure, de dénigrement ou de diffamation?

Nous précisons notre demande par l’exposé bref d’un cas, qui n’est pas rare.

Highlander, @kungfuP61623479, est un pleutre anonyme sur Twitter qui ment et insulte publiquement, impunément. Je souhaite répondre à son dernier tweet me concernant « …complètement débile la vieille … » mais il m’est impossible de me mettre à son niveau linguistique de caniveau, faute d’habitude. Alors, je pourrais emprunter une réponse sur son site personnel Twitter, afin qu’elle lui plaise, celle-ci, par exemple : « Je ne connais pas ce monsieur, je ne voudrais pas lui manquer de respect en lui souhaitant l’enfer mais juste qu’il aille se faire cuire le cul...ça suffira ». Le 19/03/2019, retweeté de La Courgette Masquée, par Highlander.

La laideur, la vulgarité évidentes n’étaient peut-être qu’exceptionnelles? Non, une observation de la succession de ses tweets vous engage à fuir : connard, gros connard, connard converti, devenir con, tête de con, complètement con, mal au cul, foutre le bordel, tocards, les merdes, casser la gueule...et puis un retweet du 14/04/2019, fait par Highlander, au sommet de l’horreur linguistique : « J’encule Jésus, je chie dans la bouche de Mahomet et je me torche le cul avec la torah ! »...

Sur Twitter, j’ai été traitée de « folle » » complètement folle » « folledingue » et donc une fois de débile, par deux personnes différentes, c’est peu d’ailleurs. Un examen psychiatrique récent, pour juger la pertinence des tweets, contredit ma folie et le relevé de ma carrière, que je joins, ne correspond pas à la débilité. Je vous l’ai écrit, Madame la Ministre, c’est Christophe Grébert, membre du bureau d’Anticor qui applique l’éthique de cette association en insultant autrui, en m’insultant aussi de « folle ». Il est possible qu’Highlander, que je ne connais pas, soit l’un de ses acolytes. De plein droit, je critique Christophe Grébert, sans me tromper, parce que je n’interviens que lorsque je connais des dossiers mieux que lui, or il ne supporte pas d’être critiqué. Il souhaite, à tort, le monopole de la critique et celui de la liberté d’expression : ce n’est pas démocratique.

Bien sûr, Madame la Ministre, je n’interviens pas seulement sur mon cas que je pense savoir bien gérer, auprès d’un mari équilibré, respectueux d’autrui, fraternel, qui efface Highlander, mais les dérives sur Twitter sont anormalement nombreuses, inquiétantes pour le présent et l’avenir. Ce n’est pas la FRANCE!            

L’ensemble public, de mes tweets personnels et des textes sur mes blogs, est à la disposition de qui le souhaiterait.

Recevez, Madame la ministre de la Justice, l’expression de nos très respectueux sentiments.

Annie Keszey, www.notreputeaux.com, www.rupture-et-metamorphose.org, www.atelier-idees.org. Stéphane Keszey, non-utilisateur des réseaux sociaux.

01/03/2019

Refaire l'Europe. Suite n° 3. Les nouveaux concepts.

REFAIRE L’EUROPE. Sous la direction de : Yves Charles ZARKA. Avec Jürgen HABERMAS. PUF. 22 €.

Yves Charles ZARKA est philosophe, professeur à la Sorbonne, Université Paris Descartes et directeur de la revue Cités. Jürgen HABERMAS est un philosophe de notoriété mondiale, l’un des principaux représentants de l’Ecole de Francfort.

Extraits synthétiques. Suite n° 3. Trois concepts nouveaux susceptibles de donner théoriquement consistance à l’idée d’une Europe démocratique. (1 page/15 pages.)

  1. Le concept de souveraineté partagée ou le citoyen doublement constituant.

Aujourd’hui, la souveraineté nationale est composée de quatre dimensions : a/ l’autonomie du politique comme lieu de décision en dernier recours attribué à l’Etat ; b/ l’hégémonie du politique sur les autres sphères de la vie religieuse, sociale, économique, financière ; c/ la maîtrise du destin pour un peuple libre de déterminer son système social, son mode de vie, sa langue, sa culture et surtout le régime de son choix (c’est par là que la souveraineté a été liée à l’Etat territorial et à la nation ; d/ le principe de la légitimité démocratique avec la notion de souveraineté du peuple. C’est pour cela que la souveraineté a été traditionnellement pensée comme indivisible et absolue, ne pouvant être partagée, parce qu’un partage signifierait sa destruction : quelle maîtrise un peuple pourrait-il avoir de son destin s’il n’était pas maître de lui-même ?...

Il faut donc réinventer le partage de souveraineté, pour l’extraire de l’alternative entre fédéralisme et confédéralisme...Tant que l’on imaginera le partage de la souveraineté comme une perte ou un transfert d’une part de la souveraineté nationale à une instance supranationale, les problèmes persisteront...La conception du partage de souveraineté chez Habermas se fait entre les peuples européens d’une part, et les citoyens européens de l’autre. Les peuples européens sont bien entendu les Etats-nations. La volonté

exprimée par chacun de ces peuples est la souveraineté du peuple, c’est-à-dire l’expression démocratique d’une volonté majoritaire qui s’impose à tous...Ces citoyens qui s’expriment nationalement sont aussi des citoyens de l’Union qui peuvent être appelés à exprimer leur volonté  concernant les institutions, les choix et les finalités de cette Union dans le cadre de consultations européennes et non plus nationales dont le caractère européen devra être particulièrement marqué...Le partage de souveraineté  ne se fait donc pas entre deux instances différentes, mais entre les mêmes sujets-acteurs doublement citoyens et consultés différemment selon qu’ils le sont au niveau national ou au niveau européen. Il faut que chacun fasse une claire distinction entre les deux rapports où il est appelé à exprimer sa volonté...Ce partage de souveraineté surmonte les difficultés actuelles. La volonté de l’Union, qui définit un droit prévalant sur les droits des Etats nationaux, ne sera plus ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir une législation ou une réglementation élaborée, dans l’ignorance des citoyens, soit par des fonctionnaires sans aucune légitimité, soit par un parlement lointain s’imposant de l’extérieur à des peuples qui le vivent comme une contrainte externe. Les choix démocratiquement délibérés seront appliqués à ceux-là même qui les ont déterminés...La crise des Etats européens est due à la soumission des gouvernements successifs à l’égard des marchés économiques et financiers...

Pour que l’expression des citoyens européens puisse prendre consistance...il faut qu’un espace public européen commun de débats, de délibération et de discussion soit mis en place, espace transversal par son organisation institutionnelle...

  1. Un objet politique nouveau : l’Union comme unité politique non étatique.

Il faut concevoir une unité politique ayant une volonté et une action, sans pour autant démunir les Etats de leurs droits régaliens.  L’Union doit avoir une existence juridico-politique, c’est-à-dire une Constitution intégrative, une législation positive et une instance exécutive, lesquelles tiennent leur légitimité de l’expression des citoyens européens et de celle des peuples européens...

  1. Retour sur la légitimité démocratique.

L’ensemble de cette structure politique sera, en outre, en mesure d’assurer la convergence des politiques économiques et sociales...

Mais qui pourra construire cette « belle » Europe politique et démocratique?