Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2015

LA DETTE ODIEUSE,ILLEGITIME, DE LA GRECE.

D’après « Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques », de François Chesnais. Raisons d’agir. 155 pages.

François Chesnais est économiste, spécialiste de la globalisation financière et de ses effets.

« L’annulation des dettes en Europe est une mesure de sagesse politique. Le compteur doit être remis à zéro. Il n’y aura pas de sortie de crise sans les deux mesures concomitantes d’annulation de la dette publique et de hausse des salaires (complétée par le plein rétablissement des allocations chômage et du RMI). La première mesure d’accompagnement de l’annulation de la dette est effectivement l’appropriation sociale des banques, leur nationalisation- socialisation et leur reconfiguration, de façon à restaurer leur fonction essentielle et à les mettre au seul service de l’économie réelle. Le contrôle démocratique de l’usage de l’impôt doit être effectif. L’annulation des dettes par un mouvement social européen uni modifierait profondément les rapports de force entre le capital et le travail.

Saisir les banques ! Oui, en incluant la BCE dans leur nombre. »

Renaud Girard, dans son article du Figaro du 30/06/2015, « Crise grecque : des torts très partagés » en appelle aussi à l’annulation de la dette grecque qui ne sera d’ailleurs de toute façon jamais remboursée, tout en exigeant désormais un excédent budgétaire systématique du gouvernement grec

« L’endettement des gouvernements est aujourd’hui une arme pour imposer les réformes propres au capitalisme libéralisé, financiarisé et mondialisé. Un document du FMI de novembre 2010 l’énonce sans détour « les pressions des marchés pourraient réussir là où les autres approches ont échoué. » Avec la crise financière, le piège de la dette publique se resserre : l’impôt qui pèse principalement sur les revenus du travail assure le service de la dette et réalise, au-delà de toutes les espérances du capital, un transfert gigantesque vers les banques et les fonds de placement financiers aux dépens des salariés.

En 2011, les agences de notation, l’agence Moody’s en tête se sont acharnées contre la Grèce. Depuis, le PIB grec chute, le ratio de la dette publique au PIB augmente fortement, les risques d’insolvabilité croissent. Les obligations grecques à trois ans ont atteint 20% ! Pour les Hedges Funds, indépendants ou filiales de banques, c’est du tout bénef ! »

La Grèce, démocratie directe en d’autres temps, rappelle, à tous les européens, à la fois l’imperfection des démocraties représentatives et l’absence de politique démocratique de l’Europe. Les Grecs lors des élections diverses, antérieures à 2014, de leurs représentants, n’ont nullement voulu un tel gouffre de la dette : ils ont été trompés par leurs gouvernants, ceux qui ont trahi, impunément, la souveraineté du peuple.

« En 2008-2009, en Grèce comme partout ailleurs, la récession mondiale a provoqué la chute des rentrées budgétaires. Elle a interdit de cacher plus longtemps l’état des finances publiques que le gouvernement de Costas Karamanlis avait dissimulé avec l’aide de Goldman Sachs en 2001. Les mécanismes de base dont la dette publique est issue sont les mêmes que dans d’autres pays. Les mesures de baisse des impôts (sur  le revenu, le patrimoine et les sociétés) réduisent les recettes budgétaires et créent un déficit public qui est financé par l’endettement. Les cadeaux aux riches y sont même peut-être plus importants qu’ailleurs, ainsi la Constitution de 1975 comporte dans son texte même, l’exemption fiscale des armateurs grecs, de leurs familles et de leurs sociétaires. Un tel privilège peut être considéré comme étant déjà un élément constitutif des traits de dette odieuse...Elle désigne une dette contractée par un régime despotique (nous dirions aujourd’hui dictature ou régime autoritaire), pour des objectifs étrangers aux intérêts de la Nation, aux intérêts des citoyens. Les dettes odieuses sont celles qui ont été contractées contre les intérêts des populations d’un état, sans leur consentement et en toute connaissance de cause du côté des créanciers.La dette de la Grèce a d’abord  été contractée par la dictature militaire  dite des colonels, quadruplant entre 1967 et 1974. Elle a continué à augmenter sous les gouvernements civils suivants, les sommes empruntées aidant à organiser la corruption à très grande échelle. Les Jeux olympiques en 2004 et les achats d’armes ont grevé les finances publiques grecques sans que l’on connaisse les montants des commissions occultes.

La Grèce a été un des cinq plus gros importateurs d’armes en Europe entre 2005 et 2009. Les grands producteurs, vendeurs d’armes, la France, l’Allemagne, les Etats-Unis, la Russie et la Grande Bretagne vendent à la Grèce et la poussent donc à accroître sa dette. Ces achats de la Grèce relèvent de la problématique de la dette odieuse : la combinaison entre l’endettement  externe contracté à l’égard des banques  et des fonds de placement originaires des mêmes pays que les entreprises qui vendent des armes relève d’une forme de subordination économique et politique caractéristique de l’impérialisme.

La Grèce, par exemple, a été le 3ème client de l’industrie de défense française au cours de la dernière décennie : 25 Mirage 2000 pour 1. 6 milliards d’euros, 70 véhicules blindés VBL, des hélicoptères NH90, des missiles MICA, Exocet, Scalp et des drones Sperwer. La Grèce était en discussion avancée pour acheter des Rafale à 50 millions d’euros pièce ! L’Allemagne a vendu à la Grèce pour plusieurs milliards d’équipements entre 2005 et 2009 !

Pendant cette période, les grandes banques européennes ont utilisé les liquidités que leurs fournissaient leurs banques centrales pour augmenter leurs prêts. Elles ont chargé la barque jusqu’au moment où l’ampleur du déficit a été connu et qu’a commencé la phase de crise ouverte et d’attaques spéculatives sur les taux de refinancement exigés de la Grèce. »

La dette, illégitime, de la France, se fonde aussi sur la profonde complicité des gouvernements avec la finance. François Hollande, pourtant socialiste, dès son élection, a piétiné la souveraineté du peuple. L’endettement de la France s’accélère, la dette publique atteint 2 100 milliards d’euros, 97.5% du PIB.

Aléxis Tsípras et Yánis Varoufákis sont des responsables politiques qui ont changé totalement de logique par rapport à l’Europe. Ils veulent servir leur engagement  fait devant le peuple. Ils s’opposent à l’oligarchie, à la kleptocratie et  aux créanciers européens. L’échec de la politique imposée par l’Europe à la Grèce est total. L’excédent comptable promis et réalisé depuis deux ans, en Grèce, est capturé par les créanciers et ne sert aucune relance de l’économie. C’est intenable à court et long termes. Le référendum prévu est une arme contre les diktats financiers de Bruxelles.

Les conservateurs dénigrent le gouvernement grec. Ils désinforment. Peu soucieux des peuples, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en 2011 avaient dissuadé Papandréou d’utiliser le référendum dont ils craignaient les effets imprévus sur l’euro.

L’Europe doit changer son idéologie économique. Les peuples doivent œuvrer pour la démocratie continue, celle théorisée par Dominique Rousseau, par exemple.

Démocrates de France signons la pétition www.marianne.net/SauvonsLesGrecs

Annie Keszey.

09:04 Publié dans démocratie, ECONOMIE, GRECE, POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grèce, europe, dette, référendum, diktat, merkel, tsipras | | |  Facebook

12/06/2012

NECESSITE D'UN GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE.


La bataille entre candidats lors de la dernière campagne pour l’élection présidentielle a aggravé la désillusion politique du peuple. Le clivage ancien, brutal, entre la droite et la gauche et le renforcement du Front national ne répondent plus aux enjeux d’un avenir difficile, ni aux attentes d’une meilleure démocratie. Des intellectuels, des journalistes et des engagés politiques souhaitent la fin de ces divisions de la Nation et proposent, à partir de procédures diverses, des gouvernements d’Union Nationale.

Trois nouvelles propositions, pour la France, dans ce sens, ouvrent la voie : celle de Luc Ferry, philosophe et ancien ministre de l’Education Nationale (luc.ferry@yahoo.fr), celle de Maurice Szafran, directeur de la publication de l’hebdomadaire Marianne et celle de Jean-François Kahn exposée dans « La catastrophe du 6 mai 2012 » aux éditions Plon. D’autres suivront. Dimitris Dimitriadis, dramaturge et essayiste grec, attend, pour son pays, une évolution similaire des institutions.
François Bayrou, homme politique en avance sur son temps, mal entouré, mais exceptionnellement lucide et courageux pour préférer des valeurs à sa carrière, a déjà préparé un avenir au-dessus des clivages. Précurseur, il mérite le respect. Le PS ne sortirait pas grandi s’il n’évitait pas la défaite de François Bayrou aux législatives, dans son fief, le 17/06/2012. Les voix du MoDem, partiellement, ont facilité l’élection de François Hollande et l’argument du PS, pour maintenir sa candidate face à François Bayrou, ne tient pas. François Bayrou appuierait toutes les mesures gouvernementales de réduction de la dette, de  justice fiscale et de  ré-industrialisation, par exemple. François Bayrou témoigne d’un avenir souhaitable, à parfaire, il ne peut être réduit au silence.
Dans sa chronique du journal Le Figaro du 7/06/2012, Luc Ferry dénonce la déraison et l’absurdité  de la Monarchie élective française, puisque le pouvoir d’un seul concentre entre ses mains toutes les décisions. Les citoyens adultes ne sont libres qu’une fois tous les cinq ans quand ils votent pour leur chef. Ce chef procède à toutes les nominations d’importance et Luc Ferry, à partir de son expérience de ministre, a pu constater à quel point ce petit monde finit par s’aplatir devant le président. Les ministres risquent leur place à la moindre incartade, dès qu’ils déplaisent au souverain.
Or, est-il « normal » que face à la complexité de nos économies, face à la dette publique, face à la nécessité politique et morale de rassembler, face aussi à cette mondialisation qui suppose des compétences internationales tous azimuts, on confie à un homme seul le soin de décider de tout ?
La loi de la majorité est la loi même de la démocratie mais est-ce une raison pour que le point de vue de 49% des Français, contre celui de 51% soit anéanti pour cinq ans ?
Croire ou faire croire qu’entre un camp et un autre on passe de l’ombre à la lumière est d’une telle absurdité qu’on est navré de voir nos électeurs fonctionner à 100% sur un principe aussi absurde.
Luc Ferry rejette l’idée du philosophe Castoriadis qui proposait de faire exploser le régime représentatif  au profit d’une démocratie directe. Il préfèrerait le système parlementaire allemand qui imposa parfois des gouvernements d’unité nationale ou le système du conseil suisse qui offre l’avantage d’inscrire l’impératif de délibération au cœur du pouvoir centralisé.
Luc Ferry avait plutôt, jusqu’à présent, un penchant pour la droite politique dont l’échec récent l’aura sans doute libéré pour proposer ce progrès de rassemblement.

Maurice Szafran, dans le n° 789 de Marianne, justifie son appui récent au PS et aux sociaux- démocrates, dans leur diversité, afin qu’une alternative au capitalisme financier qui détruit les sociétés démocratiques soit construite. Les centristes à la Bayrou, les vrais gaullistes, la gauche de la gauche façon Mélenchon, les démocrates-chrétiens, les républicains se reconnaissant en Chevènement et les humanistes ont leur place dans cette force politique indispensable à la réussite économique, sociale et morale.
Dimitris Dimitriadis voit dans la crise grecque actuelle la conséquence de trois siècles d’errements. La Grèce est morte. Ce pays par excellence historique est bloqué dans le mécanisme de l’Histoire. L’Etat appartient aux partis, et le parti utilise et exploite les ressources de l’Etat pour maintenir son système de clientèle…Le peuple grec aussi est coupable, il a vécu dans une facilité et une frivolité le conduisant à accepter tous les arrangements…L’actuel Pasok affiche comme référence suprême Andréas Papandréou qui a été le grand démolisseur de notre pays sur le plan moral, sur le plan de la langue, sur le plan des mœurs. Pour moi, il a été la Ceausescu grec (exactions mises à part) : ses victoires ont reposé pendant trente ans sur l’achat de votes par dizaine de milliers, comme une équipe de foot constitue des rangs de fanatiques. Je crois que le système politique grec actuel est incapable de créer une nouvelle étape…Faire émerger un changement profond, pour le moment, c’est quasiment de l’ordre de l’utopie…Si on parle de la Grèce comme « berceau de notre civilisation », il faut bien voir que ce berceau est devenu tombeau. Mais le tombeau peut à son tour devenir berceau…La situation est critique, mais l’on ne voit pas de véritable alternative sur le plan politique : on dit qu’il y a des jeunes gens très bien dans notre pays qui ont étudié à l’étranger, qui pourraient prendre la relève, mais ils sont sans force, sans organisation et on ne les voit pas…Peut-être est-il temps d’inventer une autre manière de gouverner ?...

Jean-François Kahn, journaliste et écrivain, s’insurge  contre «  la catastrophe du 6 mai 2012 ». La victoire de François Hollande  fut une victoire d’apparence et la réalité terrible, angoissante, effrayante même, risque de précipiter notre pays dans un cauchemar. Au concept de gouvernement d’Union Nationale, il substitue celui de « convergences créatrices » dont le développement suit dans la prochaine publication.
www.atelier-idees.org
Annie Keszey.