Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2017

Faire de la politique autrement. Le budget participatif.

Emmanuel Macron souhaite l’extension des budgets participatifs.
« C'est un processus au cours duquel les habitants d'une ville vont décider d'une partie ou de l'ensemble des ressources publiques », explique Yves Cabannes, ancien coordinateur du Programme de gestion urbaine des Nations unies. « Ils vont prioriser des actions qui seront ensuite exécutées par les pouvoirs publics. »
"Le budget participatif est un processus de démocratie directe, volontaire et universel, au cours duquel la population peut discuter et décider du budget et des politiques publiques. Le citoyen ne limite pas sa participation au vote, mais va plus loin…" (Uribatam de Souza). Au-delà de cette définition quelque peu instrumentale, les budgets participatifs sont orientés par quatre principes de base : réorienter les ressources publiques en direction des plus pauvres; créer de nouvelles relations entre municipalités et citoyens, c'est-à-dire une autre manière de gouverner; reconstruire le lien social et l'intérêt général; inventer une nouvelle culture démocratique et mobiliser le sens de la citoyenneté. Un vaste programme de gouvernance réinventée... Le budget participatif permet une cogestion entre l'exécutif municipal et la pyramide participative constituée de tous les acteurs sociaux. Le pouvoir municipal lance une nouvelle manière de gouverner en privilégiant la participation populaire et l'engagement civique. La société civile peut y jouer le rôle de contrepouvoir. Ainsi la communication intensifiée entre élus, fonctionnaires et citoyens avec une gestion plus transparente crée les conditions d'une modification en profondeur du système politique municipal. C'est un signal encourageant pour nos démocraties occidentales qui cantonnent souvent le rôle des citoyens au vote électoral. » (Journal Le Monde.)
Porto Alegre, capitale de Rio Grande do Sul, Etat situé au sud du Brésil, est la « créatrice » du budget participatif. Elle compte 1 420 000 habitants. Porto Alegre est une ville très occidentalisée, située dans une région économiquement riche du Brésil. A la fin des années 1980, le PT (Parti des Travailleurs, le Parti de Lula, élu président du Brésil en 2002) promet, lors d’une campagne électorale municipale, d’associer les habitants aux choix qui conditionnent l’avenir de la ville. En 1988, l’élection d’un maire et d’un maire-adjoint d’une coalition du PT permet la naissance du budget participatif (en brésilien orçamento participativo). Une première expérience est lancée en 1989, avec un succès limité. Il faudra attendre l’organisation du premier Forum démocratique qui rassemble l’ensemble des acteurs sociaux, politiques, syndicaux, culturels et religieux, en 2001, pour déterminer le découpage de la ville en seize « secteurs » et pour élaborer les premières règles de fonctionnement du budget participatif. Les secteurs sont des zones géographiques qui couvrent l’ensemble de la ville de Porto Alegre et qui sont les échelles de territoire où sont organisées les assemblées plénières auxquelles participe tout citoyen intéressé. Plusieurs sites Internet développent l’expérience : ses méthodes, ses acquis, ses difficultés...
www. Igapura.org/porto_alegre. htm
 www. portoalegre.rs.gov.br
 www.lesbudgetsparticipatifs.fr
A Porto Alegre, Belem, Santo Andre au Brésil, à Villa El Salvador au Pérou, le pouvoir des citoyens devient réalité car la dynamique participative favorise leurs capacités de décision et de contrôle des finances publiques. Les budgets participatifs ont un fort contenu social parce que les acteurs sont valorisés dans le processus participatif et les politiques publiques sont réorientées en faveur des pauvres. Ils ont aussi un fort contenu politique puisqu'ils sont fondateurs d'une nouvelle citoyenneté et du sens de l'intérêt général. Avec les budgets participatifs au dispositif complexe et novateur, les municipalités latino-américaines font preuve de créativité institutionnelle qui renouvelle le sens de la démocratie. Sans tomber dans un idéalisme démocratique naïf, il faut croire à l'engagement de milliers de citoyens et citoyennes, pauvres et moins pauvres, qui se mobilisent pour un monde meilleur. (Françoise Lieberherr.)
La situation du budget participatif, aujourd’hui, à Porto Alegre, est soumise à l’incertitude exprimée par Simon Langelier de l’université du Québec à Montréal : constaterons-nous la poursuite de la révolution sociale et démocratique ou son enlisement ?
Yves Cabannes considère le budget participatif comme « un cycle à deux étapes ». « Lors de la première étape qui dure en général sept à huit mois, les citoyens émettent des propositions de projets sur des quartiers, des thèmes. Ensuite les pouvoirs publics évaluent le coût des desseins citoyens, desseins qui sont ensuite votés par le conseil municipal. » La seconde étape consiste au suivi de la gestion de l'enveloppe jusqu'à la mise en place du projet. Les plateformes de participation digitales apportent des solutions techniques.
Parmi les villes pratiquant le budget participatif, l’association Resolis cite Chengdu, « ville des hibiscus » et capitale de la province de Sichuan, dans le centre de la Chine. La municipalité attribue un montant par an à chaque village de la province, en fonction de sa taille et de ses besoins. Six millions de citoyens ont pris part aux décisions locales depuis 2009, d'après Resolis. « La participation directe permet (...) d'améliorer les services publics ruraux et de combler le fossé entre les villes et les campagnes. » Le montant du budget participatif en 2014 fut de 270 millions d’euros. (Yves Cabannes.)
La France compte aujourd’hui 47 budgets participatifs, dans des villes aux tailles diverses : Tilloy-lès- Mofflaines (62) a 1450 habitants, Paris en a 2,2 millions. La part des exécutifs classés à gauche recule puisque des centristes, à Montrouge et à Mulhouse par exemple, des sans étiquette  et quelques LR ont engagé, eux aussi, cette réforme démocratique. Aucun de ces budgets participatifs ne porte l’ambition de réorienter les ressources publiques vers les plus démunis ou les quartiers défavorisés : Anne Hidalgo, à Paris, fait exception cependant, avec 30 millions d’euros destinés aux quartiers populaires.
Cette année, 168 000 parisiens ont voté pour 196 projets. La propreté et la végétalisation ont remporté le plus de voix. 9 projets sont lauréats du « tout Paris », dont des équipements pour les migrants et les sans-abris pour 5 millions d’euros. 187 projets concernent les 20 arrondissements. www.paris.fr/resultatsbudgetparticipatif
Si les budgets participatifs visent un impact à court terme en apportant des résultats concrets dans les quartiers, ils n'ont pas encore trouvé de cohérence avec une vision des investissements à long terme.  Enfin les perdants du système participatif par rapport à une tradition clientéliste tendent à les boycotter. Les élus locaux n’y trouvent plus leurs avantages d'intermédiaires avec des citoyens exerçant leurs droits... Des questions restent ouvertes : comment structurer la participation pour éviter le monopole des classes moyennes ou de petits groupes? Comment aller au-delà de l'esprit de clocher dans les quartiers et contribuer à construire l'intérêt général ? Comment ne pas tomber dans le populisme ? La participation reste un enjeu prometteur. Les expériences se développent et innovent encore. (Le Monde, Le Monde diplomatique.)
Image : jpeg.evolem-citoyen.com
http://www.notreputeaux.com

14:03 Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE, POLITIQUE LOCALE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : budget participatif | | |  Facebook

16/06/2017

Puteaux. Réunion électorale de La République En Marche.

La section  de «  La République En Marche de Puteaux » a  organisé le jeudi 15/06, dans l’école de la Rotonde, une rencontre entre les Putéoliens et leurs deux candidats aux élections législatives, Laurent Zameczkowski et sa suppléante Elisabeth Cony. Avant l’ouverture des portes, sur le trottoir, un groupe de « fans » endémiques du parti « Les Républicains» manifestait déjà une fébrilité politique annonciatrice de leurs perturbations classiques. Une femme surtout, souvent proche de Madame Ceccaldi-Raynaud,   avait apposé sur le mur une affiche artisanale reprenant l’information médiatique qui imputait au candidat attendu des violences conjugales dénoncées par un dépôt de plainte. Cette femme, agitée, stéréotypée, professionnelle des combats de  coqs  dérisoires entre partis, dont le peuple  ne veut plus, hurlait, « gueulait plutôt », son rejet du candidat local LREM. Cette justicière caricaturale, au Savoir juridique défaillant,  se pensait investie d’une autre mission de nettoyage local au Karcher. Stoppée  légitimement avant d’entrer dans la salle par les jeunes de LREM, elle s’est offusquée, par un retournement élémentaire,  de la «  violence » exercée à son encontre. Pauvre fan ! Madame le Maire de Puteaux, ne tolérez pas que votre image publique soit ainsi bafouée en votre absence. Vos administrés ne le souhaitent pas.

Il faut cependant reconnaître à cette actrice un mérite inattendu : elle a permis aux participants présents de mesurer la supériorité politique et démocratique  du nouveau mouvement « En Marche », sur les anciens partis, d’ailleurs en échec.

Rabah était le responsable du bon déroulement de la réunion, à partir d’une organisation rigoureuse. Son professionnalisme, sa rigueur, la précision de ses propos et son respect de tous  ont sécurisé et convaincu  les présents. Il n’a pas éludé les questions d’une actualité médiatique redoutable et a donné la parole, en premier lieu, au  «  trublion LR monopoliste ». Merci Rabah. Laurent Zameczkowski a répondu et contesté les accusations portées contre lui. Ce moment, dur pour le candidat, l’était aussi pour tous les auditeurs, frappés par le doute, ce poison collectif. Puis, à partir de questions posées  sur plusieurs thèmes, la sécurité, l’Europe, la transition énergétique, la CSG et les retraites... les deux candidats ont répondu avec sûreté.

La section LREM de Puteaux, celles de Neuilly et de Courbevoie...survivront aux élections législatives et continueront leur mission de lien entre le peuple et ses représentants.

Hervé Stammers, journaliste,  avait été le premier à publier sur le site Dreuz les raisons qui plaçaient, selon lui, Laurent Zameczkowski dans « la tourmente ». Aujourd’hui, Jean-Patrick Grumberg, autre journaliste de Dreuz, redresse l’erreur de son collègue : rare mea culpa médiatique.

La vie privée des citoyens cependant et de leurs représentants politiques ne doit pas toujours être intouchable. Le meurtre de  Grégory relève toujours d’un secret de famille qui pourrait être enfin dévoilé. La vie privée très secrète de certains prêtres pédophiles ne peut être cachée par les évêques...Chaque cas demande réflexion. « La fange », nulle part, ne se  soustrait aux lois de la République.

L’Institution judiciaire est seule habilitée à juger.

Annie Keszey.

http://notreputeaux.com          http://rupture-et-metamorphose.org

 

 

30/05/2017

Puteaux. La moralisation politique.

[L’avocat de Sylvie Cancelloni, par son professionnalisme, saura distinguer la diffamation, l’insulte, l’injure et le dénigrement.]

Chut ? Non !

Surtout, chers Putéoliens, ne plions pas sous la menace d’une représentante de l’opposition politique locale qui souhaite continuer à s’exprimer sans obstacle, malgré l’impéritie morale que révèlent certains de ses propos.

Critiquer intelligemment une politique publique locale, celle du maire Mme Ceccaldi-Raynaud, par exemple, est une aide judicieuse au progrès collectif, à la condition toutefois de connaître parfaitement les dossiers pour dégager des contrepropositions positives. Ce positionnement, dans l’intérêt général, fondé sur la compétence personnelle, s’oppose aux expectorations inquisitoriales  automatiques,  inopérantes.

Une position critique efficiente n’est hélas pas celle de l’opposante concernée  qui collectionne ses infamies avec son impunité parfaitement admise.

Relevé de « perles » sur le site Twitter de Sylvie Cancelloni, de 2017 à 2015. 

20/06/2016. La pol gnagnagna de la majorité de Puteaux. Pas plus haut que la braguette, on risquerait de regarder l’horizon.

22/05/2016. FOUZYTOUT et Cie ...chez@Joëlle CR.

14/03/2016. # Puteaux : la médiocrité du débat politique. Pour cacher celle de son fils, l’âne, qui refuse de présenter le budget...

13/03/2016. # Puteaux, Joëlle CR, une démocratie pour les nuls...

10/03/2016. Puteaux,# Joëlle CR ...propose de voter des travaux dont l’appel d’offres a déjà été lancé ! Du Ceaucescu* pur jus ... (* Non, écrire Ceaușescu ou ne pas écrire d’ailleurs !)

10/06/2016. Immature, affligeant, le comportement de l’adjoint aux finances, fils de #Joëlle CR.

18/09/2015. Histoire d’une vulgaire profiteuse cachée par un physique de dame patronnesse

20/06/2015. Une star is borning @Hautbourg C pendant qu’une vieille star à  la com indigne@ Joëlle CR entame son naufrage.  

20/06/2015.Intéressant de suivre sur Twitter @Joëlle CR. Ce n’est pas un maire qui s’exprime mais une chipie revancharde. Cela promet ! # Indigne.

14/06/2015. Le bing bang à Puteaux, c’est pour demain. Aujourd’hui un système familial en sursis, caricatural et indigent, reprend du service pour 4 ans.

8/06/2015. # Puteaux a besoin non pas d’un potentat à bout de souffle et d’aboyeurs serviles... Etc.

Mais son mensonge classique politique du 14/05/2015, largement prouvé deux ans plus tard, souligne l’imposture de ces trois dernières années : la même écrivait alors sur Twitter : « Espérer une campagne électorale belle et digne sur Twitter, à Puteaux, loin des invectives et des procès. Cela ferait du bien à la politique. »

Rappelons encore que dans une de ses publications récentes, de mai 2017, on retrouve cette même « grâce épistolaire douce et aimable» ! Le candidat local de La République En Marche aux élections législatives Laurent Zameczkowski, dont elle écrit mal le nom et qu’elle ne connaît pas, « est d’une inexpérience totale avec un côté Jean de la lune, la minceur de son profil professionnel serait un obstacle (c’est un chef d’entreprise) ». Il est assimilé à « un pâle clone ânonnant le catéchisme macroniste ». Quant au maire de Puteaux (cible obsessionnelle, à la fonction jalousée par Sylvie Cancelloni) « elle a tout d’une bleuette (écrire bluette) en matière de compétence et de légitimité » (la légitimité du maire repose légalement sur son élection).

Depuis trois mois particulièrement les Français ont exprimé leur colère envers les représentants politiques traditionnels, usés, dépassés, inefficaces : c’est une lucidité justifiée.

Annie Keszey.

http://notreputeaux.com

http://rupture-et-metamorphose.org

http://atelier-idees.org

 

 

12:02 Publié dans POLITIQUE LOCALE, PUTEAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : moralisation politique, dénigrement, sylvie cancelloni | | |  Facebook