Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2017

Monsieur Le Président du "Canard enchaîné".

Annie Keszey, ex-professeur d’Education civique, au Président du « Canard Enchaîné », M Michel Gaillard, redaction@lecanardenchaine.fr , 173 rue St- Honoré-75051 Paris. Copies à François Bayrou, Emmanuel Macron, Richard Ferrand et François Fillon. Publication sur trois blogs personnels.

Objet. Hypothèse : les emplois fictifs de M François Bayrou.

                Monsieur le Président,

Votre hebdomadaire a informé ses lecteurs, régulièrement, des dérives, à prouver par la justice, de François Fillon et de Marine Le Pen, en particulier.

François Fillon, moralisateur donneur de leçons de morale au peuple, se dédouanait, semble-t-il, de ses comportements divergents. Vous ne l’avez pas dispensé de vos «dénonciations », pour nous informer!

Mais, vous n’avez pas donné suite à l’intervention faite auprès de votre publication par M Nicolas Grégoire, collaborateur du député M Guellec, R1 02/04/97, qui avoue avoir bénéficié, en présentant des preuves, de deux emplois fictifs de la part de François Bayrou, l’un à l’Assemblée Nationale, l’autre au Sénat.

Le rapport de M Nicolas Grégoire est accessible en tapant sur Google:

dreuz.info/2017/05/06/ pas-avant-le-deuxième-tour

Publier ou ne pas publier relève de votre responsabilité. Par contre, le risque de votre participation à une éventuelle anomalie de considération  juste entre M François Fillon et M François Bayrou requiert, de votre part, une information publique sur les raisons de votre silence, dans ce second cas.

Merci.

Annie Keszey.

 

17/04/2017

Le foutoir moral.

Un trait de ce moment chargé de symbolique est le foutoir moral qu’il révèle. Deux des protagonistes de l’exercice sont soupçonnés de ce que l’on doit encore nommer des « présomptions d’emplois fictifs » et de « conflits d’intérêts ». Je voudrais insister sur l’idée que le langage juridique de circonstance ne cache en aucune façon la réalité pour ceux qui prennent de plein fouet les effets d’une injustice économique qui engraisse les riches et affaiblit davantage chaque année les pauvres. Le soupçon dont la presse puis la justice se sont emparés évoque la possibilité d’un enrichissement personnel qui est une insulte pour ceux qui n’ont même pas les 1 000 euros mensuels du SMIC pour vivre. Le soupçon de triche effrontée en ce qui concerne les règles électives et les collaborateurs techniques apparaît,  dans des vies toutes occupées à tromper la faim et la peur, comme des gifles au visage de ceux à qui l’on demande un comportement sans faille...

Second extrait de l’éditorial de Marc Hatzfeld, sociologue et anthropologue des  banlieues, publié dans « Le Monde » des 12 et 13/03/2017.

Annie Keszey.