Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2012

FRANCOIS, PARLEZ POUR DIRE.

 

Lettre ouverte à François Hollande, candidat à l’élection présidentielle.

pour la france.jpg 

Monsieur Hollande,

Jean d’Ormesson de l’Académie française, Nicolas Domenach et Laurent Neumann, journalistes de l’hebdomadaire « Marianne », Plantu, dessinateur du journal « Le Monde » et les autres…, en termes parfois vifs, critiquent votre absence de programme à 100 jours de l’élection présidentielle.

Jean d’Ormesson écrit: En face (de Nicolas Sarkozy), François Hollande. Il a un immense avantage: il n’a rien fait. Impossible de l’attaquer sur son action : il n’y en a pas. Elle se limite pratiquement à la Corrèze, dont il serait un peu vain de souligner qu’elle est le département le plus endetté de France…Non content d’avoir rien fait, il s’acharne à ne rien dire qui puisse l’engager si peu que ce soit…L’idéal pour Hollande, soucieux de ne faire aucune vague, serait de ne pas exister du tout. Il n’est pas très loin de ce rêve exaltant. C’est pour une absence de candidat qui fera une absence remarquable de président que beaucoup de Français se préparent à voter… (« Le Monde » du 13/01/2012)

En  page 12 du numéro 769 de « Marianne », à la fin de l’article « Etonnez-moi, François» les deux journalistes écrivent : Que François Hollande nous dise donc comment il va s’y prendre pour que les plus riches participent à l’effort national à proportion de leurs moyens ; comment il compte redonner foi en l’avenir de ces jeunes dont le marché du travail ne veut pas; comment il va procéder pour restituer un pouvoir d’achat à ceux qui en ont tant perdu, rendre fierté et autorité aux enseignants, sauver l’hôpital du naufrage, réindustrialiser ce pays qui a oublié ces petites et moyennes entreprises, ses artisans, ses petits producteurs…    

Réveillez-vous François !

Plantu est le plus rude ! François, statufié, est un penseur de Rodin : coude droit appuyé sur la jambe gauche, visage soutenu par la main et dos courbé. Le candidat, joufflu, crâne haut et lunettes rondes est nu, assis sur une « urne- trône » très réaliste et des bulles conduisent de sa tête à sa pensée du moment : Bon ! Heu…Et si je pondais vraiment un programme? La petite souris citoyenne debout et la rose socialiste restent perplexes. (« Le Monde » du 19/01/2012).

 

Monsieur François Hollande, écoutez votre « coach »: restez ordinaire et posé, vous n’avez pas à emprunter des gestuelles oratoires éloignées de votre sobre personnalité et inutiles quand elles accompagnent des messages politiques d’attente particulièrement légers. Libérez-vous des contradictions de votre environnement proche et répondez aux attentes par un programme précis, stable, exigeant, créatif, passionnant de « Visionnaire concret».

 

Vous n’arrêterez pas  la destruction en cours de l’école publique par d’importants recrutements de professeurs (en supposant qu’ils soient utiles) : c’est plus compliqué. Développez, expliquez !

N’oubliez aucun domaine du rôle de l’Etat, par exemple celui de sa politique étrangère : continuerez-vous l’ingérence humanitaire guerrière à la manière de Messieurs Sarkozy et  Henri Lévy en Lybie ou choisirez-vous l’ingérence humanitaire pacifique définie par Rony Brauman?...

 

Vos conseillers, en urgence, doivent « travailler plus ». Ont-ils lu Pierre Joxe, Philippe Bilger… (délinquance des jeunes, justice) Benjamin Coriat, Dominique Plihon, Henri Sterdyniak, Bernard Maris, Susan George…(économie), Pierre Rosanvallon, Michel Crozier, Michel Serres, Pierre Lascoumes, Edgar Morin…(société),, François Dubet, Philippe Meirieu, Marie Duru-Bellat… (école), André Grimaldi, Didier Tabureau…( santé). [Thomas Piketty (finances) ? Oui, c’est fait !]

Alors que les producteurs d’idées talentueux, en France et ailleurs, sont nombreux, aucun programme présidentiel ne propose encore le projet global espéré d’Union nationale.    

Image: www.forums.france2.fr

 

www.atelier-idees.org

Annie Keszey.