Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

"LES REPUBLICAINS"? Un nouveau scandale de l' UMP.

 La République appartient à tous et ne saurait être annexée par ce seul parti politique de droite, qui souhaite changer de nom pour la 7ème fois en 70 ans afin de repolir une image cassée par les affaires.

Par ce nom, volé aux 66 millions de républicains français, par une minorité d’encartés (0.6 % ?), Nicolas Sarkozy colle au Tea-Party américain, réactionnaire, peu soucieux du concept français, difficilement conquis, de « souveraineté du peuple ».

 

Jean-Noël Jeanneney, historien et auteur de «L' Etat blessé » (Flammarion 2012), dans le journal Le Monde du 15/04/2015, s’insurge contre cette scandaleuse opération de retournement politique. Les changements de noms précédents souhaitaient défendre la forme récente d’un régime, nullement l’affirmation d’un monopole. Au lieu de « Les  Républicains », il conseille « La droite républicaine ».

 

L’usage du mot « droite » permettrait peut-être aux adhérents de l’UMP de « savoir enfin qui ils sont et ce qu’ils veulent » (Guillaume Perrault- Le Figaro du 15/04/2015). 

 

Une citoyenne qui revendique son identité de « Républicaine », hors UMP.

 

13:51 Publié dans POLITIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, les républicains, la république, scandale, jeanneney | | |  Facebook

25/11/2012

BLANCHIR L'UMP.

Le théâtre misérable de l’UMP valide la thèse du sociologue Luc Boltanski, auteur de « De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation » aux éditions Gallimard.

tricheur.jpgSous le rapport de leur assujettissement aux règles, dominants et dominés sont dans une position symétrique et inverse : les premiers, les dominants, ,les font, mais sont assez libres de s’y soustraire; les seconds les reçoivent comme imposées de l’extérieur, mais ils doivent s'y conformer…Tandis que les responsables peuvent utiliser les règles comme s’il s’agissait de règles techniques, c’est-à-dire de façon instrumentale, les mêmes règles sont imposées aux subordonnés sur le mode de la règle morale, c’est-à dire comme si elles valaient pour elles-mêmes. La sanction accompagne alors la violation de la règle, interprétée comme une transgression quels qu’aient été ses effets, et non les échecs auxquels a pu conduire le fait de ne pas l’avoir suivie…
Est-ce à dire que les responsables n’auraient pas de morale ? Certes non, mais ils ont une morale « supérieure ». Prétendant incarner la totalité, ces « grands » considèrent ne pouvoir être évalués qu’à l’aune de la réussite ou de l’échec final de leurs entreprises…La maîtrise de la durée est ainsi pour les responsables un enjeu de grande importance…
L’objectif principal d’un responsable est donc de se placer dans la perspective d’un horizon temporel défini de façon que la réalité lui donne finalement raison, même si, mesurées aux épreuves actuelles, ses actions semblent plutôt vouées à l’échec .C’est ce qui s’appelle survivre ou encore, dans le langage des élites, rebondir. En ce sens, le responsable dominant est comparé au survivant ; Il veut avant tout être encore là alors que les autres, ses fidèles aussi bien que ses concurrents et ses ennemis seront tombés, ce qui l’assure qu’il est bien le plus grand : « celui qui réussit à survivre est un héros ». Il est plus fort. Il possède davantage de vie. Les puissances supérieures lui sont propices. Le responsable qui dure, qui survit, ne le sait qu’en voyant les morts s’accumuler autour de lui. La survie est pour lui, l’indice, le seul indice de sa victoire…
C’est donc d’abord d’avoir affronté le risque au moment de la décision et en contournant les règles que le responsable, dominant, tire un orgueil  personnel sur lequel il prend appui pour mépriser les dominés…
Ceux qui appartiennent aux catégories intermédiaires, vivant dans la proximité de Hauts Placés ont touché du doigt la relation, à leurs yeux scandaleuse, que les dominants entretiennent avec l’ordre de la règle, mais ils n’en continuent pas moins de penser qu’il doit bien exister quelque part des responsables intègres, c’est-à-dire conformes aux idéaux auxquels ils voudraient eux-mêmes pouvoir adhérer, malgré tout. Ils continuent à croire à la possibilité d’une société dans laquelle règles, qualifications et formats, appliqués de façon littérale -à la lettre- feraient corps avec une réalité tout d’une pièce…
La théorie sociologique se confronte avec un certain succès à la réalité, même s’il n’est plus certain aujourd’hui de rencontrer un seul citoyen, même dans les classes moyennes, convaincu de la moralité des politiques.
Les congrès de Metz, de Rennes, de Reims et l’élection récente à l’UMP conduisent à une rupture du lien entre les représentants politiques et leurs électeurs.
Il faut révolutionner cette structure politique dévoyée.
En 2005, un responsable politique, mesuré et maîtrisé comme chacun sait, voulait « nettoyer au karcher les cités » afin d’en extirper les jeunes délinquants et les trafics.
Il n’est pas question de meurtre aujourd’hui, mais malgré tout de délinquance d’adultes responsables : délinquance occultée, sans hypothèse de sanctions contre les nombreux tricheurs, menteurs, falsificateurs  de listes, de bulletins, de procurations de l’UMP.
« L’Excité et le Taiseux » (titre synthétique d’un journal étranger), englués dans leur haine déferlante, après s’être livrés à des échanges hypocrites courtois durant cinq ans, devront rendre des comptes à la République.
Image:malaika.overblog.com
www.atelier-idees.org
Annie Keszey  

19:56 Publié dans POLITIQUE, PUTEAUX | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ump, élection, délinquance, haine, tricheurs | | |  Facebook

18/03/2010

PREMIER TOUR DES ELECTIONS REGIONALES 2010: L' ABSTENTION.

lutte-labstention 2.jpg

Parler de l’abstention, ce n’est qu’émettre des hypothèses. Les enquêtes sur les motivations des abstentionnistes, groupe instable, sont rares.

 

L’abstention est une possibilité d’expression démocratique donnée aux citoyens français, contrairement à certains citoyens de pays  étrangers concernés par l’obligation de voter.

 

L’analyse de l’abstention ne peut se détacher du type d’élection. Les élections régionales, historiquement récentes, ne sont pas celles qui captent les masses, pour des raisons légitimes :

-          Les élus régionaux ne sont pas tous connus,

-          Les actions régionales sont rarement médiatiques,

-          Les bilans sont difficilement accessibles et quand ils sont évoqués dans les medias, ils ne sont pas exacts : ainsi disait-on que les bilans des équipes sortantes étaient, en général, satisfaisants, alors que tous les conseils généraux ont augmenté régulièrement les dépenses de fonctionnement, ce qui nuit à l’avenir.

-          Les programmes et leurs nuances n’ont pas été présentés dans les medias.

-          Les enjeux sont restés flous et il n’y a pas eu de controverses utiles.

 

Dans cette situation de carence de l’information politique, seuls les citoyens attachés à un Parti et désireux de le soutenir inconditionnellement, pouvaient voter, comme d’habitude, sans, pour autant, avoir « travaillé » les personnalités ou les propositions.

 

Plus de la moitié de la France est étrangère aux Partis, tels qu’ils sont : c’est une fracture de la démocratie qui n’est pas indifférence mais réflexion. C’est une « dépolitisation positive » : une abstention- sanction.

Il y a une rupture historique avec la bipolarisation, usée par sa tradition de combats de coqs, à efficacité réduite, de plus, par temps de crise. La fin des Partis, aux leaders excessivement narcissiques, pour des structures transversales de démocrates inventifs, compétents et efficaces est en gestation.

L’abstention est ambivalente, mais elle signifie de toute façon, majoritairement, que le pouvoir désiré n’est pas le pouvoir proposé. Laurent Joffrin, dans Libération, rappelle une formule protestataire du philosophe Michel Foucault, à la fin des années 70 : « Comment ne pas être gouvernés comme cela, par cela, au nom de ces principes-ci, en vue de tels objectifs et par les moyens de tels procédés, pas comme ça, pas pour ça, pas par eux. »

 

L’UMP a sans doute suscité des abstentions dans son camp en fédérant tous les courants dans les listes uniques du premier tour, privant les petites formations (le Nouveau Centre, les Chasseurs, les villiéristes…) de leur souhait de voter, au premier tour, au plus près de leur choix, selon leurs sensibilités et de ne voter « utile » qu’au 2d tour.

Eric Besson a privé l’UMP, des voix « extrêmes », par son débat, non pas inutile, mais très mal conduit, sur l’identité nationale et a « réveillé » le Front National. La composante « sécuritaire », capturée lors de l’élection présidentielle, a échappé cette fois-ci à l’UMP: des votants traditionnels se sont donc abstenus.

 

Le PS sort premier, pour des élections de second rang. C'est une victoire. Il devra faire ses preuves, ultérieurement, aidé par des alliances possibles, avec Europe- Ecologie, par exemple.. Un pouvoir central de droite, avec des pouvoirs régionaux de gauche, ou inversement, est une situation qui pourrait être acceptable, à la condition que les erreurs des uns et des autres ne soient pas les mêmes. Il s’agirait de rééquilibrer, en permanence, les plateaux de la balance gestionnaire, par exemple. Malheureusement, les deux camps partagent l’art de l’endettement irresponsable.

 

Pour avoir fait un séjour d’un an au MoDem, la débâcle de ce parti rend particulièrement optimiste quant à la maturité des électeurs. Ce parti n’est pas démocratique : il est donc rejeté. C’est une justice éclairée du peuple. Les nombreux démissionnaires et désabusés ont pu se réfugier dans l’abstention, mais provisoirement. 

Se déclarer vainqueur, quand on a perdu (l'UMP ou le MoDem), accroît la distance entre les Partis et les électeurs et donc...l' abstention!

Dans un quartier des Mureaux, l'abstention fut de 88.2%, dans un quartier de Montfermeil de 87%: autre question fondamentale.

De plus, quel est le nombre des non- inscrits sur les listes électorales?   

Image : www.paperblog.fr

 Annie Keszey.